OTTAWA – Un Mexicain accusé de pornographie sera bel et bien extradé vers son pays d’origine, la Cour suprême du Canada ayant refusé d’entendre son ultime appel.

Le plus haut tribunal du pays a fait connaître sa décision jeudi, sans donner de motifs.

Victor Sebastian Mendez Suarez, un citoyen mexicain vivant au Québec, est visé par une ordonnance d’extradition afin de subir au Mexique un procès relativement à une accusation de pornographie.

Il nie tout ce qu’on lui reproche.

S’opposant à son extradition, il soutenait qu’elle serait injuste et tyrannique et violerait ses droits en vertu de l’article 7 de la Charte canadienne des droits et libertés de la personne.

Le ministre de la Justice du Canada à l’époque, Rob Nicholson, avait autorisé sa remise aux autorités mexicaines en 2013.

Le ministre avait exigé que l’accusé soit jugé rapidement, qu’il ait accès à un avocat pendant sa détention au Mexique et que sa sécurité soit assurée.

Mais l’homme plaidait que le ministre a accordé trop de poids aux assurances données par le Mexique sur son traitement et n’a pas mis en place un mécanisme de surveillance afin de s’assurer que ces conditions seraient respectées.

La Cour d’appel du Québec a refusé de casser l’ordonnance d’extradition au début de l’année.

«Dans la longue motivation de sa décision, le ministre prend soin de répondre à chacun des arguments avancés par le demandeur (Victor Sebastian Mendez Suarez). Il conclut d’abord que celui-ci n’a pas établi, selon la prépondérance des probabilités, qu’il sera victime de persécution, de discrimination et qu’il subira un préjudice s’il est renvoyé au Mexique», écrivait la Cour d’appel.

La Cour n’a pas jugé bon d’intervenir.

L’appel devant la Cour suprême représentait la dernière chance de l’homme afin de pouvoir rester au pays.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!