The Associated Press Bobby Lee Pearson

FRESNO, États-Unis – Un homme de Californie accusé de cambriolage, libéré en raison d’une erreur commise par un jury, a perdu la vie quelques heures après avoir retrouvé sa liberté quand il a été poignardé à mort.

Le jury dans le procès de Bobby Lee Pearson, âgé de 37 ans, a signé par erreur un document qui établissait la non-culpabilité de l’accusé.

Le juge, sidéré, a affirmé qu’il n’avait d’autre choix que de libérer Pearson de prison.

Après avoir été libéré de prison, Pearson est allé à la maison de sa sœur, Lasandra Jackson, pour aller chercher des vêtements et des effets personnels.

Le chef de police de Fresno, Jerry Dyer, a indiqué que Pearson s’est retrouvé au coeur d’un conflit avec le petit ami de sa sœur, Willie Gray, âgé de 35 ans.

Les deux avaient des antécédents, a rapporté M. Dyer, ajoutant que les enquêteurs croient que Gray a tué Pearson.

La victime a été retrouvée morte dans la rue avec une blessure à la poitrine provenant d’un couteau ou d’un pistolet. Les enquêteurs ont trouvé un couteau à steak près du corps.

Le chef de police a affirmé que Pearson serait probablement encore vivant si ce n’était de l’erreur du jury, rappelant le long passé criminel de la victime.

L’auteur présumé du meurtre a été arrêté et traité pour des blessures aux mains.

Le procureur dans la cause de Pearson, William Terrence, a soutenu que l’homme qu’il tentait d’envoyer en prison ne méritait pas de mourir.

«Il n’y a aucune peine de mort prévue pour les cambrioleurs, a soutenu M. Terrence. Je ne me dis pas qu’il a eu ce qu’il méritait», a-t-il ajouté.

L’avocat a confié qu’il tentait toujours de comprendre la confusion qui a mené à cette chaîne d’événements malheureux. Il a soutenu que le document qui a mené à la libération de l’accusé avait pourtant été expliqué aux jurys par sa personne, mais aussi le juge lui-même.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!