MONTRÉAL – Le ministère du Travail a annoncé la prolongation d’une semaine de la médiation qui a cours dans les secteurs de l’industrie de la construction qui ne sont toujours pas parvenus à une entente en vue du renouvellement des conventions collectives.

Le secteur industriel et le secteur institutionnel et commercial n’avaient pu conclure d’entente à l’été 2013, comme les autres secteurs de l’industrie de la construction. Le gouvernement péquiste d’alors avait donc prolongé les conventions d’un an dans ces secteurs de l’industrie. Les parties ont tardé à reprendre les négociations, après l’adoption de la loi spéciale, et elles avaient jusqu’à ce lundi soir pour s’entendre, soit le 30 juin 2014.

Au cours des derniers jours, d’autres séances de négociation ont eu lieu en présence de Normand Gauthier, un médiateur chevronné, rompu aux négociations complexes et tendues.

Lundi, en début d’après-midi, le ministre du Travail, Sam Hamad, a fait savoir qu’il allouait une autre semaine à cette médiation, à la demande de M. Gauthier. La loi lui permettait de prolonger la médiation d’un mois _ ce qu’il n’a pas fait.

Dans un communiqué, le ministre incite les deux parties à «déployer tous les efforts nécessaires pour parvenir à une entente dans les prochains jours». Il n’explique toutefois pas la décision de prolonger la médiation d’une semaine seulement et non d’un mois. «J’en appelle à leur sens des responsabilités, et ce, dans l’intérêt supérieur des citoyens», a-t-il simplement commenté.

Les parties se sont engagées auprès du médiateur à ne faire aucun commentaire public, non seulement sur le contenu des négociations, mais également sur leur rythme et sur le climat. Les derniers commentaires des parties patronale et syndicale remontent à jeudi dernier, lorsqu’elles avaient toutes deux affirmé que des négociations avaient toujours cours, mais qu’elles n’avançaient pas assez vite à leur goût.

Les négociations ont cours entre l’Association de la construction du Québec _ l’une des quatre associations patronales reconnues aux fins de négociations _ et l’Alliance syndicale, qui regroupe les cinq organisations syndicales de l’industrie, à savoir la FTQ-Construction, le Conseil provincial du Québec des métiers de la construction (International), la CSD-Construction, la CSN-Construction et le Syndicat québécois de la construction.

Comme il y a prolongation de la période de médiation, le droit de grève ou de lock-out, qui devait normalement être acquis le 22 juillet, sera désormais acquis le 29 juillet, a précisé le ministère du Travail.

L’industrie de la construction compte près de 175 000 travailleurs dans l’ensemble du Québec. Environ 90 000 d’entre eux travaillent dans les secteurs industriel, commercial et institutionnel, notamment aux chantiers des hôpitaux universitaires.

Les deux autres secteurs de l’industrie, soit le résidentiel et le génie civil et voirie, ont déjà conclu leurs ententes respectives l’été dernier, lorsqu’il y avait eu grève.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!