OTTAWA – Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a proposé mardi la mise sur pied d’un programme national de services de garde dont le coût se situerait à 15 $ par jour par enfant.

À un an des élections fédérales prévues en octobre 2015, M. Mulcair a promis qu’un gouvernement néo-démocrate travaillerait de concert avec les provinces pour soutenir ou créer un million de places en services de garde sur un horizon de huit ans. Ottawa défraierait 60 pour cent des coûts totaux et les provinces assumeraient le reste.

La première étape verrait le déploiement de 370 000 nouvelles places en quatre ans au coût de 1,9 milliard $. Une fois le programme complètement implanté, le chef néo-démocrate estime que le financement atteindrait le montant annuel de 5 milliards $.

«En Ontario, on paie 2000 $ par mois dans plusieurs garderies. Les gens paient une deuxième hypothèque pour placer leurs enfants (dans des garderies)», a-t-il expliqué, dans un service de garde d’Ottawa, un décor se prêtant bien à une campagne électorale.

La proposition de M. Muclair s’inspire du programme universel de garderies du Québec, qu’il souhaite exporter ailleurs au Canada.

La province éprouve toutefois des difficultés avec son système de garderies, qui lui coûte 2 milliards $ par année. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé qu’il indexerait les frais de garderies au coût de la vie. Il serait d’ailleurs en train de considérer l’idée d’adapter les coûts aux revenus des parents.

M. Mulcair espère que la «vaste majorité des provinces adhéreront à un programme si intéressant qu’elles ne voudront pas laisser l’argent sur la table». Il les laissera d’ailleurs gérer les détails de l’implantation du programme, qu’il considère comme une «priorité» pour son parti.

Le chef du NPD a d’ailleurs décoché une flèche au Parti libéral, qui discuterait d’une telle mesure depuis 30 ans sans livrer de résultat, selon lui.

Le gouvernement libéral de l’époque avait négocié des accords avec les dix provinces en 2005 pour mettre en place un système de garderies national, qui aurait coûté 5 milliards $ sur cinq ans. Le programme n’avait jamais été implanté puisque le gouvernement minoritaire de Paul Martin avait été défait aux élections quelques mois plus tard, à la suite d’un vote de non-confiance.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper, élu en 2006, avait plutôt choisi de verser 100 $ par mois pour chaque enfant de moins de six ans aux parents canadiens. Un gouvernement du NPD continuerait de verser ce montant en plus du programme de garderies, a assuré M. Mulcair.

Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, de passage à Québec, s’est dit «content» qu’il y ait des discussions sur les besoins des familles, avant d’ajouter qu’il avait hâte d’analyser la proposition du NPD.

«Assurer de l’aide à la petite enfance continue d’être une priorité pour le Parti libéral», a-t-il déclaré.

Il ne s’est toutefois pas engagé à remettre en place l’accord négocié en 2005. «On est dix ans plus tard, on était en surplus (budgétaire) à ce moment-là», a-t-il expliqué.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!