Jacques Boissinot/La Presse canadienne Un forage de gaz de schiste, situé à Saint-Edouard-de-Lotbiniere

MONTRÉAL – Un rapport de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) révèle jeudi que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDP) détient des actions dans diverses entreprises spécialisées dans l’exploration et l’extraction de gaz de schiste.

Il y est indiqué qu’en décembre 2011, la CDP possédait près de trois pour cent des actions de Talisman Energy. Elle est également active au sein du capital de Junex, où elle détenait en décembre 2010 des actifs d’une valeur de 3,3 millions $ et 6,4 pour cent des actions de l’entreprise. Ces placements situaient la Caisse au quatrième rang des actionnaires de Junex.

Le rapport rédigé par les chercheurs François L’Italien, Maxime Lefrançois et Éric Pineault rappelle aussi que la CDP possède une partie importante de la société Gaz Métro, qui détient le plus important réseau de distribution de gaz naturel au Québec.

La CDP a noué un important partenariat d’affaires avec Enbridge, qui se spécialise dans le transport d’hydrocarbures issus des sables bitumineux de l’Ouest canadien. Ce partenariat d’affaires se matérialise par des participations importantes d’Enbridge dans Gaz Métro via la société Noverco.

«Nous ne contestons pas la participation de la CDP dans Gaz Métro, a expliqué M. Pineault. «Nous remettons plutôt en question l’alliance avec Enbridge et la politique énergétique du Québec.»

Selon le chercheur, Québec adopte une stratégie «continentale» — et donc tournée vers l’exportation, avec des projets comme celui du terminal méthanier Rabaska —, plutôt que de se concentrer sur le développement des énergies vertes dans la province.

De l’avis des chercheurs de l’IREC, l’intérêt des investisseurs pour les produits gaziers et pétroliers, qu’ils qualifient de «sales», s’explique par la baisse des coûts d’exploitation et les courbes de demande pour des produits gaziers et pétroliers.

Selon eux, l’absence de normes sévères et pénalisantes sur l’usage de formes d’énergies fossiles ainsi que la «pétrodépendance » de l’économie font en sorte que l’investissement dans ce modèle de développement énergétique s’avère très payant à court terme.

«La poursuite du ‘rendement’, aussi bien dans le complexe des sables bitumineux que dans la filière gazière, est un argument fallacieux s’il n’est pas resitué dans le cadre plus large des stratégies de développement poursuivies par la CDP», écrivent les chercheurs de l’IREC.

«L’objectif poursuivi n’est plus d’assurer la souveraineté énergétique et économique du Québec, mais bien de garantir la sécurité de l’offre des courtiers nord-américains en flux d’énergie. Malgré la résistance populaire à la filière gazière, cet objectif demeure le même.»

En réaction à la publication du rapport de l’IREC, l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) a exhorté Québec à «revoir de fond en comble sa stratégie énergétique, et s’assurer que les investissements faits à même le ‘bas de laine des Québécois’ respectent les orientations qui feront consensus au Québec». L’AQLPA fait ainsi référence, entre autres, à l’importante manifestation du 22 avril dernier pour le Jour de la Terre.

Selon le président de l’association, André Bélisle, les investissements de la CDP dans des entreprises spécialisées dans l’exploration et l’extraction de gaz de schiste témoignent d’une tendance à long terme.

«Ce n’est pas d’hier que plusieurs tentent de faire prendre le virage des combustibles fossiles au Québec, et la note de l’IREC le démontre clairement», observe-t-il.

«La non-atteinte des objectifs de Kyoto par le Québec peut en partie être expliquée par ce type d’investissements.»

Le directeur climat-énergie de l’AQLPA, Patrick Bonin, se désole quant à lui des révélations de l’IREC, qu’il qualifie de «sidérantes». Il estime que les investissements de la CDP dans le pétrole et le gaz nuisent au développement des énergies vertes au Québec.

De l’avis des trois chercheurs ayant signé le rapport, l’intérêt des investisseurs s’explique par la baisse des coûts d’exploitation et les courbes de demande pour des produits gaziers et pétroliers.

«Le document montre que le Québec n’est pas vraiment l’acteur déterminé dans la lutte aux changements climatiques qu’il devrait être», observe M. Bonin.

«On peut entre autres penser que les investissements faits par la CDP vont complètement à l’encontre des objectifs du Québec et font en sorte que le Québec ralentit dans le virage vers les énergies vertes.»

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus