Frank Gunn Rob Ford. Frank Gunn / La Presse Canadienne

TORONTO – Les organisateurs des Jeux panaméricains de Toronto, en 2015, révisent à la baisse le nombre d’installations qui serviront lors de l’événement, dans l’objectif de respecter le budget établi à 1,4 milliard $.

Le comité organisateur a dévoilé, vendredi en point de presse, les détails de son budget et le plan des sites prévus pour la tenue des Jeux.

Le président et chef de la direction de TO2015, Ian Troop, a indiqué dans un communiqué qu’il y aurait combinaison de nouvelles structures avec celles qui existent déjà. «Cela veut dire des Jeux qui soient accessibles et abordables, en plus de s’avérer un important legs de nouvelles structures à travers la région», a-t-il précisé.

Le comité prévoit répartir les compétitions entre sept principaux sites à travers la région de Toronto, qui accueilleront chacun les activités de deux sports ou plus.

Le Toronto Pan Am Park recevra ainsi les athlètes de plus d’une dizaine de disciplines, notamment le cyclisme, le triathlon, le squash et le rugby. Sur le campus Scarborough de l’université de Toronto, ce seront les sports aquatiques qui seront présentés.

Le plan révisé, qui doit au préalable être approuvé, implique 11 municipalités ontariennes et trois universités pour accueillir 36 sports. En 2009, on avait plutôt évoqué l’implication de 16 municipalités pour 36 sports répartis dans plus de 40 sites.

Le comité attribue 674 millions $ de son enveloppe aux coûts en capital, comme par exemple les nouvelles structures ou la rénovation des installations existantes. Un autre 767 millions $ a été réservé aux opérations pour la mise en oeuvre des Jeux. Le plan financier constitue aussi un fonds de sûreté de 82 millions $.

Les gouvernements fédéral et de l’Ontario ont contribué à hauteur de 500 millions $ chacun, tandis que l’Ontario fournit une enveloppe de 22 millions $ pour la rénovation du stade Ivor Wynne.

Le ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, a fait valoir qu’Ottawa a accepté d’investir dans les Jeux parce que, croit-il, l’événement entraînera des impacts économiques positifs et durables au Canada.

«Le fait d’accueillir les Jeux de 2015 se traduira par des retombées économiques durables pour le Grand Toronto, la région, et tout notre pays. C’est la raison pour laquelle l’événement a été mentionné explicitement dans le budget fédéral de cette année», a-t-il poursuivi.

Du côté des municipalités, universités et autres propriétaires d’infrastructures, ce sont 228 millions $ qui seront injectés pour la construction de bâtiments dans leur communauté. Le comité des Jeux espère par ailleurs recueillir 153 millions $ auprès des promoteurs et de la vente de billets, notamment.

Le ministre ontarien responsable des Jeux, Charles Sousa, a de son côté fait valoir que l’événement permettrait de créer des emplois dont la province a bien besoin.

«Les Jeux panaméricains ont aussi accéléré des projets, notamment la revitalisation du front d’eau de Toronto avec la construction du village des athlètes et du circuit train-avion», a-t-il plaidé.

Aussi dans National:

blog comments powered by Disqus