GUELPH, Ont. – Le déclin rapide de la valeur du dollar canadien par rapport à la devise américaine incite les auteurs d’une étude à revoir à la hausse leurs prévisions de prix alimentaires de 2015 au Canada.

L’Institut alimentaire de l’Université de Guelph, en Ontario, révise donc à la hausse les prix des fruits et des noix de 3 à 5 pour cent et des légumes, de 5,5 à 7,5 pour cent.

Le ménage moyen au Canada consacre entre 15 et 25 pour cent de son budget à l’achat de fruits et légumes, des denrées qui sont parmi les plus vulnérables aux fluctuations monétaires internationales.

L’Institut ne prévoit aucun changement pour les viandes, les poissons et fruits de mer, les produits laitiers et les oeufs, le pain et les céréales.

Pour l’ensemble du panier d’épicerie, la hausse sera de 0,7 à 3 pour cent au lieu de la hausse de 0,3 à 2,4 pour cent anticipée précédemment.

Depuis le début du mois de décembre, la valeur du dollar canadien a reculé de 0,09 $. Puisque le Canada s’attend à importer plus de 40 milliards $ en produits alimentaires cette année, plusieurs catégories coûteront plus cher.

L’Institut ajoute qu’avec la fermeture depuis quelques années de plusieurs usines de transformation au Canada, certains produits sont devenus plus vulnérables aux fluctuations de la devise.

Malgré ces prévisions pessimistes pour les consommateurs, l’Institut alimentaire signale que la diminution significative du coût énergétique atténuera l’effet de l’augmentation de certains produits alimentaires, en particulier en régions éloignées.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!