OTTAWA – Le premier ministre du Nunavut espère la signature d’une entente de dévolution de pouvoirs avec le gouvernement fédéral dès cet automne — une étape majeure pour le territoire de l’Arctique qui voudrait avoir des pouvoirs comparables à ceux des provinces sur ses terres et ses ressources.

Peter Taptuna, en visite à Ottawa, affirme qu’une entente finale ne serait pas si loin, à partir du moment où les deux côtés auraient conclu un accord de principe.

Il soutient que ces discussions pourraient suivre le modèle des négociations effectuées par les Territoires du Nord-Ouest, pour lesquels la dévolution est entrée en vigueur en avril dernier, un an après que les territoires ont conclu leur propre accord de principe avec le fédéral, au terme de deux années de négociation.

Le Nunavut est le seul des trois territoires canadiens sans pacte de dévolution. Le Yukon a depuis longtemps le contrôle sur ses terres et ses ressources.

Le gouvernement du Nunavut, Ottawa et un groupe inuit qui réclame des terres, travaillent sur une entente qui donnerait au territoire plus de pouvoirs sur ses ressources.

En octobre, le fédéral a nommé l’avocat Brian Dominique négociateur en chef dans ce but. Il était aussi responsable des négociations pour l’entente avec les Territoires du Nord-Ouest.

«La dévolution est un objectif à long terme», a déclaré M. Taptuna. «On ne verra pas les royautés pleuvoir dès qu’une entente sera signée. Nous devrons encore développer nos ressources naturelles en construisant des infrastructures».

Obtenir des dollars pour des infrastructures est l’une des raisons pour lesquelles le premier ministre Taptuna est resté à Ottawa après la rencontre de la semaine dernière entre les premiers ministres des provinces et des territoires. Il effectue sa tournée au moment où le gouvernement conservateur prépare son prochain budget.

Il a aussi rencontré le premier ministre Stephen Harper lundi — armé de cartables et d’études de faisabilité — pour discuter des améliorations à apporter aux infrastructures vieillissantes du Nord et de l’économie.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!