QUÉBEC – L’opposition péquiste réclame la création d’un poste de Directeur parlementaire du budget, qui devrait notamment évaluer la crédibilité des promesses électorales.

Cette nouvelle institution représenterait un coût évalué entre 3 et 6 millions $ annuellement, selon le député de Rousseau, Nicolas Marceau, qui juge un tel investissement rentable car il permettrait selon lui d’épargner des fonds publics.

À l’approche du déclenchement d’élections générales, le Directeur parlementaire du budget devrait tracer un portrait objectif de la situation des finances publiques du Québec. Ainsi, une fois porté au pouvoir, le chef d’un parti ne pourrait pas imposer des compressions budgétaires ou des hausses de taxes en prétextant qu’il ignorait la situation financière réelle.

Avec son projet de loi 28, le gouvernement libéral préfère plutôt qu’un rapport soit préparé à la veille d’élections générales en vue de donner l’heure juste sur la situation des finances publiques, rapport qui devrait être validé par le Vérificateur général.

Mais ce n’est pas suffisant, selon M. Marceau, qui souhaite voir une instance spécifiquement chargée de faire rapport périodiquement, en toute indépendance et munie des ressources suffisantes, sur l’état actuel et futur des finances publiques.

Il présentera un projet de loi en ce sens. Le Directeur parlementaire du budget serait nommé par l’Assemblée nationale, assurant ainsi son indépendance du gouvernement en place.

Dans une démarche présentée comme non partisane, le député péquiste dit aussi vouloir mettre un terme aux promesses électorales brisées des différents partis politiques, qui contribuent à miner la confiance des gens envers les politiciens.

Il croit donc qu’un Directeur parlementaire du budget pourrait «contraindre les partis politiques à présenter des propositions qui sont adaptées et qui sont chiffrées, et dans lesquelles les électeurs ont confiance. Je pense que c’est fondamental», selon lui.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!