Adrian Wyld / La Presse Canadienne Les juges de la Cour suprême en 2015.

OTTAWA – La Cour suprême du Canada n’entendra pas l’appel des Innus de Mingan, au Québec, qui contestaient la construction de deux barrages hydroélectriques sur le cours inférieur de la rivière Churchill, au Labrador.

Le Conseil des Innus de Ekuanitshit s’oppose au projet de la société d’énergie de Terre-Neuve-et-Labrador, Nalcor Energy, qui a reçu en 2011 l’aval conditionnel d’une commission fédérale-provinciale d’examen.

Cette commission conjointe a conclu que les barrages auraient bel et bien un impact sur l’utilisation du territoire et des ressources des Autochtones québécois, mais que grâce à certaines mesures d’atténuation, ces dommages ne seraient pas importants, et que les bénéfices des projets compenseraient pour les impacts environnementaux et économiques.

Le cabinet fédéral a finalement approuvé le projet en 2012, en réitérant l’importance des mesures d’atténuation proposées par la commission conjointe. Les Innus ont contesté cette décision devant les tribunaux, mais ils ont été déboutés en Cour fédérale puis en Cour d’appel.

La Cour suprême refuse maintenant d’entendre leur cause, ce qui met un terme aux procédures judiciaires dans ce dossier. Le plus haut tribunal du pays ne donne jamais les motifs de ses refus ou autorisations d’en appeler devant elle.

La communauté innue d’Ekuanitshit, qui compte une population d’environ 555 personnes, est située à 200 km à l’est de Sept-Îles, sur la Côte-Nord, au confluent de la rivière Mingan et du fleuve Saint-Laurent.

La société Nalcor Energy souhaite construire deux centrales hydroélectriques dans la partie inférieure du fleuve Churchill, au centre du Labrador, d’une capacité combinée de plus de 3000 mégawatts, qui seront acheminés par lien sous-marin vers l’île de Terre-Neuve puis vers la Nouvelle-Écosse. La phase I, à Muskrat Falls, doit produire 824MW, alors que la phase II, à Gull Island, doit fournir 2250 MW.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!