OTTAWA – La ministre fédérale des Transports, Lisa Raitt, soutient que son gouvernement est préoccupé par les récents déraillements de convois pétroliers dans le nord de l’Ontario, et souhaite que le Canadien National vienne s’expliquer à Ottawa.

Témoignant mardi devant le comité des transports des Communes, Mme Raitt a indiqué que les enquêteurs de Transports Canada étaient sur les lieux du déraillement du train du CN survenu samedi près de Gogama, en Ontario, et qu’une équipe de surveillance aérienne avait survolé le secteur où des wagons citernes remplis de pétrole s’étaient brisés et avaient pris feu.

Au cours du mois dernier seulement, quatre convois ferroviaires transportant du pétrole brut ont déraillé aux États-Unis et au Canada, des accidents qui ont ensuite provoqué de gigantesques incendies, ont pollué les cours d’eau et forcé l’évacuation de résidences.

Les membres de l’opposition au sein du comité des transports ont demandé mardi s’il y avait suffisamment d’inspecteurs du gouvernement pour assurer la sécurité des chemins de fer au pays, considérant que le transport de pétrole par rail a augmenté de façon exponentielle depuis cinq ans.

Mme Raitt a cependant conseillé à deux reprises au comité de se pencher sur les activités du CN — une suggestion reprise par son secrétaire parlementaire. Jeff Watson a estimé que le comité pourrait convoquer le CN afin de déterminer si l’entreprise coopère bien avec les enquêteurs.

Un porte-parole du CN, Mark Hallman, a indiqué à La Presse Canadienne que le transporteur collaborait pleinement avec Transports Canada, et qu’il serait ravi de témoigner devant le comité des Communes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!