TC Média

OTTAWA – De nouvelles règles fédérales proposées donneront aux transporteurs ferroviaires jusqu’à 2025 pour améliorer leurs wagons-citernes et les rendre conformes à des standards de sécurité plus élevés, une transition qui surviendra près de 30 ans après que les premiers problèmes de la flotte eurent été identifiés.

L’amélioration des standards de sécurité s’ajoutera à ceux annoncés par Transports Canada en juillet dernier et obligera les transporteurs à construire des wagons-citernes plus résistants aux perforations et aux défaillances des valves lors de déraillements ou de collisions.

Les nouvelles règles de Transports Canada ont été mises en ligne cette semaine, sans communiqué pour les annoncer.

Elles ont été formulées alors que le comité des Communes sur les transports dévoile un rapport jeudi sur le transport des matières dangereuses et le régime de sécurité du Canada.

Ces changements surviennent dans la foulée du déraillement d’un train transportant du pétrole brut en juillet 2013 à Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts et détruit son centre-ville.

Mais les inquiétudes au sujet de vieux wagons-citernes DOT-111 — les plus courants et à usages multiples — remontent à au moins 1996, lorsque le Bureau de la sécurité des transports (BST) a rapporté qu’en général, les wagons de la classe 111A ne sont pas suffisamment résistants aux perforations, même lors d’impacts à basse vitesse, en raison de la minceur de leur coque et l’absence de boucliers.

Le transport ferroviaire du pétrole est en pleine expansion ce qui a eu pour effet de multiplier les risques au cours des cinq dernières années.

Seulement qu’au cours du dernier mois, quatre trains transportant du pétrole brut ont déraillé au Canada et aux États-Unis, déclenchant des incendies majeurs, polluant les cours d’eau et rendant certaines évacuations nécessaires.

Il y a eu trois déraillements récents dans le nord de l’Ontario, incluant deux le long d’un segment de voie ferrée près du village de Gogama, à environ une heure au sud de Timmins.

Un train du CN a aussi déraillé mercredi soir près de Gregg, une communauté située au Manitoba. Un porte-parole du CN, Brent Kossey, a indiqué qu’aucun blessé n’a été rapporté.

La proposition de nouvelles règles qui a été affichée mercredi dans la Gazette du Canada imposerait aux transporteurs de rendre leurs wagons-citernes conformes à un nouveau standard appelé TC-117 d’ici 2025.

Ce standard inclut des boucliers améliorés sur le dessus des wagons afin de mieux protéger la soupape de sûreté lors de déraillements. Un bouclier complet qui protégerait les deux extrémités du wagon contre les perforations deviendrait aussi obligatoire.

Une coque thermale pour mieux protéger les wagons du feu serait alors aussi obligatoire et l’acier utilisé pour les construire devrait être plus épais.

Les règlements proposés ne requièrent par contre pas de meilleurs systèmes de freins.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) dit tenir pour acquis que si la ministre des Transport, Lisa Raitt, a publié les nouvelles règles, c’est qu’elle a bel et bien une entente avec les Américains pour que les mêmes règles soient valides dans les deux pays.

«On est d’accord qu’il faut prendre le leadership ici au Canada, a déclaré le porte-parole du NPD en matière de transport, Hoang Mai, en point de presse. (…) La population a été inquiète. Elle a été traumatisée par Lac-Mégantic. Il faut agir».

Si l’industrie et les Américains emboîtent le pas au Canada, tant mieux, dit-il, mais s’ils ne le font pas, tant pis.

«Il faut s’assurer que la population au Canada soit en sécurité», dit-il.

Il désapprouve toutefois l’échéance de 2025.

«Nous, ce qu’on pense, c’est qu’il faut y aller le plus rapidement possible. Nous, ce qu’on ferait, c’est qu’on s’assurerait que les wagons qui sont utilisés ne passent pas dans les centres urbains ou les centres densément peuplés», précise-t-il.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!