Léo Bureau-Blouin, président de la FECQ

Le départ prochain de Léo Bureau-Blouin pourrait ébranler la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

Le jeune homme termine son deuxième mandat le 1er juin prochain en tant que président de la FECQ et ne peut se présenter à sa propre succession. Éliane Laberge, 19 ans, a été élue présidente le 22 avril dernier et, depuis le 15 mai, un processus de passation des pouvoirs est en cours.

Malgré la crise étudiante, M. Bureau-Blouin cédera son poste. «Ce n’est pas traditionnel comme passation, mais Éliane vient du Collège de Rosemont qui est en grève, et je peux vous dire qu’ils [les étudiants] en apprennent beaucoup sur la vie politique, chaque jour», dit-il.

Il restera disponible après le 1er juin pour donner un coup de main, au besoin, à la future présidente, mais croit qu’il est important de laisser la place aux nouveaux. «Du sang neuf, c’est positif, ça permet de se renouveler et d’avoir de l’énergie à revendre», poursuit-il.

Quant à son propre avenir, il attend une réponse de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. «On voit bien dans le contexte actuel que le milieu juridique joue un rôle important dans les combats politiques, souligne le jeune homme. C’est un atout important que j’aimerais mettre au profit du plus grand nombre.»

Questionné à savoir s’il comptait joindre la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) une fois à l’université, M. Bureau-Blouin a répondu que son diplôme restera sa priorité, mais il rappelle que l’engagement fait partie de sa vie.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus