MONTRÉAL – Le Bureau de lutte à la corruption et à la malversation a autorisé le dépôt de 14 nouveaux chefs d’accusation à l’endroit de Michel Lavoie, l’ex-maire de Saint-Rémi, en Montérégie.

M. Lavoie a donc été arrêté pour une troisième fois à son domicile, mardi matin, par les policiers du Service des enquêtes sur la corruption de l’UPAC.

Dix de ces accusations sont pour des fraudes de plus de 5000 $. Les autres chefs sont reliés à la fabrication et à l’utilisation de faux et pour abus de confiance.

Dans un communiqué, le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière, écrit que la preuve recueillie démontre que lorsqu’il était maire, l’accusé serait indûment intervenu dans la promotion d’un projet de construction de desserte d’égouts.

En s’immisçant dans ce projet, l’ex-maire se serait livré à des fraudes et à de l’abus de confiance tout en veillant à protéger ses propres intérêts pécuniaires.

Michel Lavoie a été arrêté en semblables matières par l’UPAC en décembre 2012 puis en octobre 2013. Les 14 chefs d’accusation déposés mardi s’ajoutent donc aux 4 chefs d’accusation d’abus de confiance, de fraude et de complot qui pèsent déjà sur lui.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!