VANCOUVER – L’ancienne première ministre Kim Campbell affirme que même si ces collègues l’ont déjà qualifié de «leader ennuyeuse», s’est toujours sentie obligée de s’engager et de pousser les autres à le faire.

L’ancienne politicienne, qui a dirigé le Canada durant cinq mois en 1993, a prononcé l’allocution principale sur le leadership au déjeuner-causerie annuel du Canadian Club de Vancouver mercredi.

L’ex-cheffe du Parti progressiste-conservateur a expliqué au parterre de gens d’affaires et de politiciens que les grands leaders ne sont pas nécessairement nés ainsi, mais qu’ils peuvent le devenir quand ils sont placés dans une situation particulière.

«Je sais que le monde est rempli de gens qui se sont retrouvés dans des circonstances qui les ont forcés à se découvrir des ressources insoupçonnées», a expliqué la native de Colombie-Britannique.

La première ministre canadienne — et la seule à ce jour —, a également invité les chefs d’entreprises à dépasser leurs préjugés concernant les femmes et les minorités visibles. «Quand j’était jeune, des femmes demandaient à être incluses pour des question de justice et qu’égalité. Mais les femmes était souvent exclues pour ne pas abaisser les standarts ou les profits.»

«Aujourd’hui, nous savons que la diversité améliore la performance et que les femmes en position de pouvoir augmente la rentabilité», a fait valoir celle qui est directrice-fondatrice du Peter Lougheed Leadership College de l’Université de l’Alberta depuis 2014.

Mercredi, Kim Campbell a blagué sur le fait qu’elle a eu une vie intéressante à voyager et à travailler dans le milieu universitaire depuis que l’électorat canadien la mise en retraite forcée de la politique en novembre 1993.

L’évènement visait à célébrer les plus récents lauréats de l’Ordre du Canada et de l’Ordre de la Colombie-Britannique, que Mme Cambpell a respectivement reçu en 2008 et 2012.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!