OTTAWA – Le milieu des affaires albertain est peut-être sous le choc, mais l’industrie des sondages dans cette province, elle, pousse cette fois-ci un soupir de soulagement à la vue des résultats électoraux de mardi.

Même si les sondages donnaient déjà gagnants la semaine dernière les néo-démocrates de Rachel Notley, plusieurs analystes et observateurs demeuraient sceptiques. C’est que depuis quelques années, certains sondeurs se sont royalement trompés dans leurs prédictions à la veille d’élections provinciales.

La plupart des firmes de sondage n’avaient pas prédit les gains réalisés par les libéraux au détriment des néo-démocrates en Colombie-Britannique aux derniers jours de la campagne de 2013. L’année précédente, les conservateurs albertains avaient littéralement ressuscité pour remporter une majorité.

Et l’an dernier, l’ampleur de la victoire libérale au Québec et en Ontario en aura surpris plus d’un — notamment chez certains sondeurs. Même l’importante majorité remportée par les conservateurs de Stephen Harper à l’échelle nationale n’avait pas été envisagée par certains instituts spécialisés en opinion publique.

«L’industrie dans son ensemble avait besoin de se racheter, et je crois qu’elle a réussi» en Alberta, a estimé mercredi Frank Graves, de la firme Ekos.

Bruce Cameron, président de la firme Return on Insight, de Calgary, exprimait encore des doutes dimanche sur la victoire du NPD en Alberta, malgré ses propres sondages. «Cela dépend beaucoup du taux de participation», a-t-il convenu mercredi.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!