OTTAWA – La présidente intérimaire du Sénat du Canada affirme que la définition restrictive du vérificateur général Michael Ferguson de ce qui constitue une fonction parlementaire pourrait empêcher les sénateurs de s’impliquer dans leur communauté à l’avenir.

Nicole Eaton a dit que M. Ferguson avait refusé des dépenses de 3489 $ pour quatre voyages qu’elle avait effectués vers sa ville natale de Toronto pour assister à des réunions de conseils d’administration pour des organismes sans but lucratif sur lesquels elle siège.

La sénatrice Eaton a dit qu’elle allait rembourser l’argent et qu’elle n’en appellerait pas de la décision de M. Ferguson devant un arbitre indépendant, mais qu’elle était en désaccord avec sa conclusion à l’effet que ces voyages avaient pour but de «promouvoir ses intérêts personnels».

Elle affirme n’avoir reçu aucune rémunération pour son travail auprès d’organismes tels que la Fondation de l’Hôpital St-Michael’s et le Ballet national du Canada.

Elle dit qu’elle ne peut comprendre comment cela peut être qualifié d’autre chose qu’une fonction parlementaire.

Mme Eaton souligne que le Code d’éthique et de conflits d’intérêts des sénateurs indique spécifiquement qu’il est attendu d’eux qu’ils poursuivent leurs activités dans leur communauté et leur région tout en servant l’intérêt public.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!