QUÉBEC – À la demande des policiers, des pompiers de Québec vêtus de combinaisons spéciales ont évacué un couple qui vivait dans une maison insalubre de l’arrondissement de Charlesbourg.

Il habitait dans cette demeure parmi de nombreux chats. De l’urine et des excréments étaient visibles sur la moindre surface, selon les autorités. Une forte concentration d’ammoniac a donc été détectée dans la résidence.

L’homme et la femme ont été conduits dans un centre hospitalier pour subir une évaluation de leur état de santé.

En outre, des représentants d’un service d’aide doivent se charger de soutenir les deux occupants des lieux visiblement en détresse.

Le porte-parole du Service de protection contre l’incendie de la Ville de Québec, Jean-François Daigle, a soutenu sans ambages qu’en 18 ans de carrière, il n’avait encore jamais été exposé à un tel degré d’insalubrité.

Il a ajouté que, dans un tel contexte, son équipe a dû adopter des mesures extrêmes et ce, autant avant qu’après son intervention.

«Les pompiers ont décidé qu’ils n’entreraient dans le bâtiment qu’avec des équipements de protection physique et respiratoire. […] Il a fallu les décontaminer lorsqu’ils sortaient de la maison pour ne pas qu’ils infectent nos véhicules», a-t-il illustré.

Mercredi, il y a eu tout un branle-bas de combat dans cette demeure.

Le bâtiment a, en effet, dû être ventilé afin d’y faire baisser le taux d’ammoniac, une solution corrosive susceptible d’endommager les voies respiratoires et les muqueuses des humains qui y sont fortement exposés.

Pour y arriver, des équipements mécaniques — dont de puissants ventilateurs — ont été utilisés.

De plus, certaines fenêtres ont dû être carrément fracassées car elles avaient été scellées et qu’il était donc impossible de les ouvrir.

Une fois ces étapes franchies, l’air est devenu suffisamment sain pour que la récupération des félins puisse s’amorcer.

Au total, 14 bêtes ont été capturées jusqu’à maintenant.

Pour mettre la main sur les autres chats, dont le nombre demeure indéterminé pour l’instant,des cages seront installées prochainement dans la résidence.

Le personnel de la Société protectrice des animaux de Québec a été appelé à mettre l’épaule à la roue.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!