MONTRÉAL – Une perquisition n’attend pas l’autre avec l’UPAC: l’Unité permanente anticorruption s’est rendue jeudi chez Bernard Trépanier, surnommé «Monsieur 3 pour cent» lors de la commission Charbonneau, a appris La Presse Canadienne.

L’homme a été responsable du financement au sein du parti Union Montréal du maire Gérald Tremblay, qui a dirigé la métropole de 2002 à 2012.

L’ex-maire Tremblay a d’ailleurs reçu aussi la visite de l’UPAC mercredi, à la fois à sa résidence d’Outremont et dans son chalet des Laurentides.

Ces deux plus récentes perquisitions s’inscrivent dans le cadre de l’enquête de l’UPAC sur les compteurs d’eau, tout comme les autres perquisitions réalisées plus tôt en juillet. Le contrat des compteurs, octroyé il y a quelques années alors que Gérald Tremblay était maire, avait été annulé lorsque des éléments de malversation avaient été révélés.

Jeudi, l’UPAC n’a voulu que confirmer qu’une perquisition était en cours à Montréal et que ses agents étaient à la recherche d’éléments de preuve pour étayer leur enquête sur les compteurs. Une dizaine de policiers participaient à la perquisition.

Des personnes pourraient aussi être rencontrées par l’UPAC, mais aucune arrestation n’était prévue.

Au printemps 2014, l’UPAC avait réalisé une première série de perquisitions liées au scandale des compteurs d’eau. Plus récemment, l’UPAC a notamment visé la résidence et les bureaux du maire de l’arrondissement Lachine, Claude Dauphin, le domicile de trois ex-élus de l’administration Tremblay, Sammy Forcillo, Francine Sénécal et Cosmo Maciocia, l’entreprise Construction Frank Catania, à Brossard, et la firme de communications MW3, autrefois connue sous le nom de Morrow Communications.

Bernard Trépanier fait face à cinq chefs d’accusation dans l’affaire du Faubourg Contrecoeur.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!