MONTRÉAL – Deux membres des Hells Angels ont plaidé coupable à des accusations réduites vendredi, soit à la dernière heure, puisqu’ils auraient autrement dû subir leur procès à compter de lundi au Centre judiciaire Gouin.

François Goupil, 45 ans, du chapitre de Québec, et Louis Ruel, 51 ans, du chapitre de Sherbrooke, ont reconnu leur culpabilité à l’accusation de complot pour meurtre.

L’information a été confirmée à La Presse Canadienne par le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

François Goupil faisait face à sept accusations de meurtre prémédité, alors que Louis Ruel était accusé de quatre meurtres prémédités.

Or, être trouvé coupable d’une seule de ces accusations ouvre la voie à une peine d’emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Le complot pour meurtre, lui, est aussi passible de la prison à perpétuité, mais ne comporte pas de peine minimale.

Selon le quotidien «La Presse», la sentence de Louis Ruel, qui doit être prononcée en novembre, fera l’objet d’une suggestion commune de la défense et de la Couronne, alors que les parties ne se seraient pas entendues dans le dossier de François Goupil, de sorte qu’il devra se soumettre à la procédure des représentations sur sentence à compter de vendredi prochain.

L’opération SharQc, menée en avril 2009, avait permis de porter des accusations contre plus de 150 personnes, dont 111 membres en règle de la bande de motards.

Les deux plaidoyers de culpabilité de vendredi portent à 103 le nombre d’accusés ayant choisi d’éviter un procès de cette façon.

En mai 2011, le juge Brunton avait ordonné la remise en liberté de 31 autres accusés en raison de délais déraisonnables, décision qui avait été maintenue en avril 2013 par la Cour d’appel, puis par la Cour suprême en janvier 2014.

Huit des accusés sont toujours en cavale et trois autres sont décédés.

Sept autres Hells Angels accusés de meurtres et de complot subiront leur procès à compter de lundi, à moins que d’autres plaidoyers de culpabilité ne soient enregistrés à ce moment, alors que deux accusés anglophones subiront un procès séparé dans leur langue à compter de janvier 2016, soit près de sept ans après la rafle.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!