Deposit Photos

MONTRÉAL – Les femmes qui sont actives physiquement pendant leur adolecence sont ensuite moins susceptibles de mourir du cancer ou de toute autre cause, démontre une nouvelle étude sino-américaine.

L’enquête a porté sur près de 75 000 Chinoises âgées de 40 à 70 ans. On considérait qu’elles étaient actives physiquement si elles s’entraînaient au moins une fois par semaine depuis trois mois. Celles qui ont déclaré avoir été actives pendant leur adolescence ont été interrogées à ce sujet.

La participation à un sport d’équipe pendant l’adolescence a été associée à une réduction du risque de décès dû au cancer plus tard pendant la vie.

L’activité physique pendant l’adolescence et plus récemment à l’âge adulte réduisait de 20 pour cent le risque de décès attribuable à n’importe quelle cause, de 17 pour cent le risque de décès dû à la maladie cardiovasculaire et de 13 pour cent le risque de décès dû au cancer.

L’étude a été réalisée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’université Vanderbilt et de l’Institut du cancer de Shanghaï. Les conclusions sont publiées en ligne par le journal médical Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!