Archives Métro Pierre Karl Péladeau

LAVAL, Qc — Philippe Couillard doit s’inspirer de ses homologues d’autres provinces et s’impliquer davantage dans la campagne électorale fédérale, estime le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

En point de presse à Laval, où il a prononcé jeudi une allocution dans le cadre de l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde, M. Péladeau a dit constater un «abandon» de la part du premier ministre libéral, pendant que «certains de ses collègues premiers ministres de l’Ontario, de la Saskatchewan (…) défendent les intérêts de leurs concitoyens».

En début de campagne, un proche collaborateur de Philippe Couillard avait confirmé à La Presse Canadienne que le premier ministre québécois n’avait pas l’intention d’imiter son homologue de l’Ontario, Kathleen Wynne, et de faire campagne pour le chef libéral Justin Trudeau, mais prévoyait écrire aux principaux chefs pour leur faire part des demandes du Québec envers Ottawa.

Pierre Karl Péladeau croit cependant que M. Couillard devrait en faire davantage.

Le chef péquiste s’oppose par ailleurs à ceux qui seraient tentés par le «vote utile» et choisiraient un candidat simplement parce qu’il a plus de chances d’en évincer un autre.

Estimant que le Bloc québécois de Gilles Duceppe est le seul parti en mesure de défendre les intérêts du Québec à Ottawa, il affirme que les partis fédéralistes veulent «faire en sorte de maintenir le Québec dans son état constitutionnel, que nous savons être à ses limites».

Il reproche au chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, ses positions parfois contradictoires relativement au projet d’oléoduc Énergie Est, qui vise à transporter plus d’un million de barils de pétrole brut par jour de l’Alberta à l’Atlantique via le Québec.

«Dans le fond, ce qu’on constate, c’est que Thomas Mulcair a été déculotté hier (mercredi), parce qu’il n’est pas capable de répondre adéquatement à la question: Êtes-vous pour ou contre? Il dit qu’il est pour, mais je ne suis pas certain, moi, que les Québécois soient pour l’oléoduc», a lancé M. Péladeau.

«Représente-t-il adéquatement les intérêts des Québécois lorsque l’oléoduc va avoir comme unique potentiel de développement économique l’exploitation des sables bitumineux? Est-ce que cet engagement-là va nous permettre de bien nous positionner sur la scène internationale (pour) la réduction des gaz à effets de serre? Certainement pas, nous le savons tous très bien», a dit M. Péladeau.

Il a cependant refusé de répondre lorsqu’un journaliste l’a interrogé pour savoir si sa formation politique allait s’opposer à tout projet de développement de pipeline, au Québec, qui acheminerait du pétrole provenant des sables bitumineux.

«On ne peut pas aborder dans un point de presse des questions aussi importantes que celle des hydrocarbures, je suis désolé, mais je ne peux pas vous donner une réponse qui est un clip de 30 secondes sur des questions aussi fondamentales que l’énergie au Québec», a-t-il répondu.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!