Graham Hughes / La Presse Canadienne Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe

MONTRÉAL — Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, s’est amusé des déclarations passées du chef néo-démocrate Thomas Mulcair sur Margaret Thatcher, mercredi, se disant du même souffle peu surpris de le voir tenir encore un double discours sur un autre sujet.

Le chef bloquiste faisait campagne dans l’est de Montréal, où il a rencontré des gens dans un marché public et rencontré la presse.

Une vidéo circule concernant les déclarations passées de M. Mulcair sur l’ancienne première ministre britannique Margaret Thatcher, en 2001-2002, et plusieurs médias en ont fait état au cours des dernières heures. On y entend et voit M. Mulcair, pourtant chef d’un parti de gauche aujourd’hui, dire qu’«un gouvernement ne devrait jamais avoir la prétention de pouvoir se substituer au marché public; ça ne marche pas». M. Mulcair y laisse aussi entendre qu’avec le gouvernement conservateur de Margaret Thatcher, «un vent de liberté et de libéralisme dans les marchés a soufflé sur l’Angleterre».

Interrogé à ce sujet, le chef du Bloc québécois a blagué avec le fait que M. Mulcair vantait alors Mme Thatcher, «reconnue comme leader de la gauche internationale».

Il a ensuite affirmé qu’il était peu surpris de voir le chef du NPD promouvoir jadis la droite et aujourd’hui la gauche, comme il a des positions différentes sur les projets d’oléoducs Énergie Est et Northern Gateway, de même que sur le chantier maritime Davie.

Le chef bloquiste est aussi revenu sur le procès de Mike Duffy, qu’il qualifie de «Duffygate».

Il a réclamé que l’actuel chef de cabinet du premier ministre et chef conservateur Stephen Harper, Ray Novak, quitte de son propre chef ou soit renvoyé, puisque selon lui il était au courant du fait que son prédécesseur Nigel Wright faisait des arrangements pour que le sénateur Duffy ne rembourse pas lui-même ses dépenses controversées.

«Au lieu de faire le ménage, Harper a décidé de faire un cover-up», d’étouffer cette affaire, a critiqué M. Duceppe. Il l’invite donc à faire ce ménage aujourd’hui en se débarrassant de M. Novak, s’il ne part pas de son propre chef.

Par ailleurs, M. Duceppe a appuyé le projet montréalais de site d’injection supervisée en invitant Santé Canada à accorder l’exemption demandée pour implanter ce service, appuyé par le maire de Montréal, Denis Coderre, et les autorités de la Santé publique.

M. Duceppe a reproché au gouvernement conservateur et à la ministre de la Santé, Rona Ambrose, de défendre une position strictement idéologique sur la question, sans voir que ces centres viennent en aide aux toxicomanes.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!