EDMONTON — Un résidant d’Edmonton contestera une contravention qu’un policier lui a donnée pour avoir affiché un message politique cru sur la lunette arrière de son automobile.

Ron Wells a raconté, mercredi, qu’il avait placé la semaine dernière une affiche de couleur rose faite à la main sur la vitre arrière de sa voiture. Le message était sans équivoque: «Fuck Harper», ou en français peu élégant: «Que Harper aille se faire foutre».

L’homme a récemment fait un voyage en auto jusqu’à Vancouver et il a dit avoir rencontré une soixantaine de conducteurs qui étaient d’accord avec lui.

«Tout le long du chemin pour me rendre là-bas, je n’ai eu que des signes d’encouragement et d’appui», s’est rappelé M. Wells, mercredi.

Au retour, lorsqu’il est arrivé dans la région de Calgary dimanche, il a cependant eu droit à quelques doigts d’honneur.

Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) l’a ensuite arrêté à quelque 50 kilomètres au sud d’Edmonton, dimanche matin, et lui a demandé d’enlever l’affiche.

Ron Wells a refusé d’obtempérer. L’agent lui a alors remis une contravention de 543 $ en vertu de la clause de la loi albertaine sur la circulation sur les autoroutes interdisant de distraire les autres conducteurs.

Il compte se présenter en cour en novembre pour contester la contravention. Il envisage également de déposer une plainte auprès de la GRC.

La sergente Josée Valiquette de la GRC n’a pas voulu commenter l’affiche de M. Wells. Elle a affirmé que l’agent avait arrêté Ron Wells après que le service de police eut reçu deux plaintes pour conduite dangereuse.

Le principal intéressé a toutefois soutenu que son affiche n’était pas une source de distraction pour les autres automobilistes et qu’il avait été arrêté seulement en raison du message.

M. Wells a aussi dit qu’il avait placé il y a 15 ans un autocollant désobligeant envers le premier ministre albertain de l’époque Ralph Klein sans que la police d’Edmonton y trouve quelque chose à redire.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!