HALIFAX — L’Association médicale canadienne (AMC) demande aux partis politiques fédéraux de s’engager à adopter une stratégie nationale pour les aînés — et à plus court terme d’assurer un meilleur soutien financier aux aidants naturels qui s’occupent d’un proche âgé et malade.

Réunie en congrès cette semaine à Halifax, l’AMC a ainsi adopté lundi une résolution demandant à Ottawa d’éliminer la règle actuelle qui refuse les incitations fiscales aux aidants naturels qui ne vivent pas sous le même toit qu’un proche parent âgé et malade.

La docteure Sarah Bates, de Calgary, a rappelé à ses collègues que plus de 75 pour cent des soins prodigués aux Canadiens âgés sont assurés par un aidant naturel bénévole — habituellement un proche parent. La docteure Bates, qui s’occupe elle-même d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer, reconnaît qu’il existe des incitations fiscales pour alléger le fardeau financier des aidants naturels, mais elle soutient que le régime fiscal actuel devrait être allégé — comme aux États-Unis.

Le président de l’association, Chris Simpson, a estimé que le crédit d’impôt non remboursable offert actuellement aux aidants naturels n’est utilisé que par environ trois pour cent des personnes admissibles. Selon lui, ce crédit d’impôt devrait être remboursable et moins restrictif.

Un crédit d’impôt non remboursable diminue ou annule l’impôt à payer, mais il ne donne donc rien au citoyen qui ne paie pas d’impôt. Un crédit d’impôt remboursable est versé même si la personne ne paie pas d’impôt.

Le docteur Simpson a indiqué que le chef libéral, Justin Trudeau, s’était engagé à convoquer une conférence fédérale-provinciale des premiers ministres consacrée aux soins de santé et aux aînés dès les six premiers mois de son éventuelle élection. Les conservateurs, quant à eux, parlent beaucoup d’une stratégie nationale sur la démence et de soins palliatifs, a indiqué le président de l’AMC. Le chef néo-démocrate, Thomas Mulcair, et le Parti vert sont par ailleurs favorables à l’élaboration d’une stratégie nationale pour les aînés, un dossier cher à l’AMC.

Car les personnes âgées constituent le segment de la population qui croîtra le plus rapidement — environ le quart des Canadiens auront 65 ans et plus d’ici 2036, a rappelé le docteur Simpson. «Les besoins croissants et en pleine évolution de cette population vieillissante en matière de soins de santé constituent l’un des plus importants enjeux de politique publique de notre temps.»

Le docteur David Naylor, président du Groupe consultatif sur l’innovation des soins de santé, mis sur pied par Ottawa, a prévenu que la stratégie nationale pour les aînés fera partie du débat public, que les politiciens le veuillent ou non. «Les bébés-boumeurs vont se prendre en mains. Depuis toujours, tout tourne autour de soi. J’imagine que ça va continuer à mesure que l’on vieillira. Le système devra s’adapter.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!