MONTRÉAL — Voici des citations du débat de jeudi soir, le troisième de cette campagne électorale mais le premier en français:

Le chef conservateur Stephen Harper:

«Nous sommes le premier gouvernement à équilibrer le budget pas en coupant les transferts (en santé) aux provinces, mais en les augmentant.»

«Évidemment on doit modifier le Code criminel en fonction des décisions de la Cour suprême. On va le faire.» — à propos de l’aide médicale à mourir

«Quand on se joint à la famille canadienne, on ne devrait pas cacher son identité. On pense que les citoyens devraient prêter serment à visage découvert. Jamais je ne dirai à ma jeune fille qu’une femme doit se couvrir le visage parce qu’elle est une femme.» — sur le niqab et l’assermentation à visage découvert.

«Le NPD, c’est « on va équilibrer le budget par des hausses de taxes et d’impôt ». Ça n’équilibre pas le budget, ça élimine des emplois. On l’a vu en Ontario, en Colombie-Britannique.»

—–

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair:

«Je peux vous garantir une chose: le NPD va faire un vote libre. Jamais je ne contraindrai qui que ce soit là-dessus.» – sur l’aide médicale à mourir:

«M. Harper tente de cacher son bilan en arrière du niqab.»

«Je suis tellement étonné de voir le Bloc québécois, jadis tellement progressiste, en train d’embarquer dans l’arène sur une telle question si divisive.» — sur le niqab

«Mes 35 ans d’expérience comme gestionnaire m’amènent à conclure qu’il ne faut plus faire ça, mettre les dettes sur les générations futures.» — sur l’économie

«M. Harper a mis tous nos oeufs économiques dans un seul panier, le panier de l’extraction du gaz et du pétrole. Et là, il a échappé le panier, il cherche toutes les excuses. La faute est la sienne.»

«Le NPD a un plan pour plafonner les taux des cartes de crédit, chose que de toute évidence, M. Trudeau n’est pas prêt à faire, mais il est prêt à dépenser des milliards sur le dos des générations futures. Il fait une longue liste, et pour tout le reste, il y a Mastercard.»

«Je me suis promis de m’assurer que le 19 octobre, j’aille chercher un mandat avec les électeurs du Canada pour commencer le processus de travailler avec les provinces pour nous débarrasser enfin de cet endroit qui ne sert qu’à mettre des anciens libéraux et des anciens conservateurs dans une sinécure avec une pension à vie.» — à propos du Sénat

«Soyons clairs: les règles normales de la démocratie valent autant au Canada qu’ailleurs. J’étais abasourdi d’entendre M. Trudeau ouvrir le débat en anglais en disant qu’il ne faisait pas confiance aux Québécois avec les règles normales d’une démocratie.» — concernant la clarté référendaire

«M. Harper a déposé des documents aux Nations unies qui démontrent que la seule et unique raison de cette réduction, c’est parce qu’on avait perdu 400 000 emplois dans le secteur manufacturier. Une usine fermée, ça n’émet pas beaucoup de GES.» — sur l’environnement

«Je n’approuverais jamais Énergie Est avec le système bâclé de M. Harper.» — à propos du projet d’oléoduc de TransCanada

—–

Le chef libéral Justin Trudeau:

«M. Mulcair sait très bien que nous avons déposé notre cadre financier. Nous allons faire trois déficits modestes pour réinvestir dans notre pays. M. Mulcair a décidé d’équilibrer le budget et c’est pour cela que l’on ne peut pas investir dans nos communautés.»

«Si un homme ne peut pas imposer sa volonté sur comment une femme s’habille, comme État, on ne devrait pas avoir le droit d’imposer à une femme comment s’habiller.» — sur la question des services gouvernementaux donnés à visage découvert

«On a maintenant un gouvernement et un parti d’opposition qui disent qu’il faut équilibrer le budget à tout prix. Les taux d’intérêt sont à leur plus bas depuis des décennies. On a la capacité d’investir et une économie qui ne fonctionne pas à pleine vapeur. C’est le moment pour investir. Il faut un gouvernement prêt à investir tout de suite.»

«Pour déchirer en deux la Constitution, il (M. Mulcair) prétend qu’un seul vote serait assez. La Cour suprême a dit clairement que ça prendrait plus qu’un vote. Pour moi, que M. Mulcair soulève la question à la Saint-Jean Baptiste et ne le dise pas en anglais est un problème.» — à propos de la question du 50 pour cent plus 1 en cas de référendum sur la souveraineté du Québec

«Nous avons besoin de restaurer la confiance dans un gouvernent arbitre et non cheerleader pour les pipelines.» — sur le processus d’évaluation des conservateurs

«On sait que quand on envoie des troupes dans ces régions-là, ça finit toujours par causer autant de troubles que ça règle de problèmes.» — sur son refus de poursuivre la participation du Canada aux bombardements contre le groupe État islamique en Irak et en Syrie

—–

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe:

«Le premier projet qui sera déposé par le Bloc québécois, ce sera très clair: interdire qu’il y ait vote à visage couvert, assermentation, recevoir ou donner des services publics à visage découvert.» — sur le niqab

«On ne pourra pas rouvrir la Constitution sans parler des demandes du Québec et d’autres provinces, des Premières Nations. Ça, ça me semble très clair.» – à propos du Sénat.

«La Constitution, elle n’est pas amendable.»

«M. Harper, son bilan est pitoyable sur l’environnement. Même le Fonds pour l’énergie propre, le Québec a reçu 11 millions $. Shell Canada, 120 millions $. (…) C’est pas le principe du pollueur payeur, c’est le pollueur payé.»

«Bien sûr qu’il faut donner la priorité à l’aide humanitaire. Cependant, il arrive des moments dans l’histoire où il faut intervenir militairement. (…) On ne peut pas faire de l’aide humanitaire, cogner à la porte de l’État islamique, et dire  »Nous venons apporter de l’aide humanitaire ».»

—–

La chef du Parti vert, Elizabeth May:

«C’est un faux débat. Il y a des vrais enjeux et défis au Canada. Quel est l’impact du niqab sur l’économie? Les changements climatiques? Pour les chômeurs? C’est un faux débat pour distraire et éviter les débats sur les vrais défis pour le Canada.» — à propos du niqab

«Vous avez négocié en catimini. Il n’y a pas un texte pour les députés, et maintenant, c’est clair que l’accord Transpacifique menace la gestion de l’offre.» – sur la gestion de l’offre dans le Partenariat transpacifique

«C-51 est la plus dangereuse loi dans l’histoire du Canada. Elle rend le Canada moins libre et moins sécuritaire. C’est clair que cette loi est dangereuse. C’est comme augmenter les risques de collision sans mettre en place un système de feux de circulation.» — à propos de la loi antiterroriste

«Quand je regarde les délégations du Canada dans ces négociations (sur les changements climatiques), avec les directives de M. Harper, le but de notre délégation est de saboter les conférences sur le changement climatique. C’est pour cela ça qu’on a perdu notre réputation mondiale.»

«Selon le Parti vert, c’est clair, nous respectons le principe d’autodétermination des peuples, les peuples du Québec, les peuples des Premières Nations. C’est une question de respect.» — sur la clarté référendaire

«C’est clair que le problème, ce n’est pas les pipelines ou les trains. Le problème, c’est le produit.» — sur le transport de produits pétroliers

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!