MONTRÉAL — Stephen Harper a admis qu’il consultait «l’industrie» avant de signer le Traité des Nations unies sur le commerce des armes.

Au cours du cinquième et dernier débat des chefs, vendredi soir, le premier ministre sortant était pressé de questions par le chef libéral, Justin Trudeau, qui lui demandait pourquoi le Canada n’avait toujours pas signé cette entente.

«Le Canada respecte presque toujours tous les éléments de cette entente et on est en consultation avec l’industrie», a lancé le chef conservateur.

«Il n’a pas voulu signer!», s’est indigné Justin Trudeau.

Voilà la preuve que le lobby des armes à feu exerce une influence sur le premier ministre Stephen Harper, croit Thomas Mulcair. «Je trouve que, comme d’habitude, un aveu, c’est la meilleure forme de preuve», a illustré le chef néo-démocrate.

«Je présumais que le lobby des armes à feu avait un influence indue sur Stephen Harper, mais il nous l’a confirmé», a-t-il ajouté.

Le Canada est le seul pays de l’OTAN à ne pas avoir signé cet accord international.

Pour le chef libéral, il est inconcevable qu’Ottawa n’ait toujours pas apposé sa signature au document.

«C’est aberrant. Même les États-Unis ont signé, malgré leur NRA. On voit vraiment à quel point le lobby de l’industrie des armes à feu ici au Canada a une influence sur le gouvernement conservateur», a déploré M. Trudeau.

Les organisations comme Amnistie internationale demandent depuis longtemps qu’Ottawa signe le traité, qui est entré en vigueur l’an dernier.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!