John Woods / La Presse canadienne Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau

BRAMPTON, Ont. — Un gouvernement libéral examinera longuement tout accord commercial signé par les conservateurs avant de le faire ratifier, a assuré le chef Justin Trudeau, dimanche.

«Nous allons évidemment évaluer et lire ce que contient l’entente», a-t-il dit après avoir appris qu’un accord de principe sur le Partenariat transpacifique était sur le point d’être conclu à Atlanta.

M. Trudeau a reproché à Stephen Harper d’avoir mené les négociations sans transparence. «Il faut s’assurer que nous négocions une entente commerciale qui sera profitable aux Canadiens», a-t-il souligné.

Tout en refusant de faire des supputations sur le contenu du potentiel accord, le chef libéral a souligné qu’il était normal que le Canada participe à de telles négociations. «Certains des pays ayant les économies les plus importantes de la planète se sont réunis pour conclure une entente. Il est important que le Canada y soit. Le Parti libéral est en faveur du commerce international. C’est bon pour la création d’emplois, bon pour la croissance économique et c’est ce que nous allons examiner.»

Peu avant de rencontrer les journalistes, M. Trudeau s’était adressé à une salle bondée de partisans libéraux survoltés qui remplissaient le Powerade Center, un amphithéâtre de Brampton, dans la grande région de Toronto. On ne comptait pas moins de 100 autobus dans le stationnement.

M. Trudeau s’est décrit comme étant le seul politicien pouvant rassembler tous les Canadiens pour contrer les politiques de son rival Stephen Harper visant, selon lui, à diviser le pays. Il a affirmé qu’il était temps de mettre fin aux politiques conservatrices opposant les Canadiens les uns aux autres.

«Le travail d’un premier ministre est de rassembler les Canadiens, et non de les séparer», a-t-il lancé à la foule.

«Pendant 10 ans, Stephen Harper n’a jamais raté l’occasion de diviser les Canadiens. L’Est contre l’Ouest, les villes contre les campagnes, les Français contre les Anglais, les soi-disant Canadiens de souche contre les immigrés. Son premier instinct est de faire appel aux mauvais instincts.»

Le choix de lancer un tel message à Brampton n’est pas le fruit du hasard. Cette ville est l’une des plus diversifiée du pays et a vu sa population plus que doubler au cours des 20 dernières années. La ville est par ailleurs située en banlieue de Toronto, une région fortement convoitée par les partis.

La foule, dans laquelle on pouvait apercevoir de nombreux électeurs aux origines diverses, a grandement applaudi le discours du chef libéral. Elle a scandé «Trudeau! Trudeau!» lorsque celui-ci s’est décrit comme l’homme de l’unité.

«Nous n’avons pas besoin de les convaincre d’abandonner le Parti conservateur. Nous n’avons qu’à leur démontrer que le parti de Stephen Harper les a abandonnés.»

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!