TORONTO – Au Canada, les pères sont plus susceptibles de tuer leurs enfants que les mères, selon une nouvelle étude, qui a également découvert que l’écart entre les deux sexes sur cette question semblait se creuser davantage avec le temps.

Publiée dans le journal «Child Abuse and Neglect», la recherche pourrait permettre de développer des stratégies afin de prévenir de tels meurtres, a déclaré son auteure, Myrna Dawson, mercredi.

Selon Mme Dawson, les parents qui tuent leur progéniture ne sont pas des monstres, mais plutôt des gens ordinaires aux prises avec de réels problèmes. La chercheuse, qui enseigne la sociologie à l’Université de Guelph, en Ontario, croit qu’un meilleur soutien social pourrait aider à réduire le nombre de cas.

Myrna Dawson, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les politiques publiques en matière de justice pénale, a analysé les données récoltées par Statistique Canada entre 1961, année où l’organisme gouvernemental a commencé à recueillir des chiffres sur les homicides, et 2011, année de la plus récente étude statistique à ce sujet.

Durant cette période, la plus longue à avoir jamais servi de référence pour une recherche de ce genre, au moins 1612 enfants âgés de moins de 18 ans ont été tués par leurs parents.

Dans l’ensemble de ces cas, 57 pour cent des accusés étaient des hommes.

Si la recherche ne s’attarde pas sur les détails de chaque dossier, Mme Dawson a affirmé que le taux plus élevé de meurtres d’enfants par leur père reflétait peut-être tout simplement la tendance des hommes à être, de manière générale, plus violents que les femmes.

«L’écart de plus en plus important entre les mères et les pères pourrait aussi s’expliquer par les changements survenus sur le plan des responsabilités parentales, avance l’étude. Nous croyons que les pères passent maintenant davantage de temps avec leurs enfants qu’avant, ce qui pourrait possiblement augmenter le risque.»

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!