BELOEIL, Qc – L’écrivain québécois Albert Brie, avantageusement connu pendant de nombreuses années pour ses pensées brièvement exprimées dans l’espace baptisé «Le mot du silencieux» de la page éditoriale du journal Le Devoir, est décédé mardi dernier à Beloeil, en Montérégie, à l’âge de 89 ans.

Albert Brie, qui était né à Québec, a développé ses habiletés d’écriture par ses abondantes lectures car le décès de son père à un jeune âge ne lui a pas permis de fréquenter l’université.

Au cours de sa carrière qui a débuté en 1947 à Québec, M.Brie a été journaliste de presse écrite et parlée, scénariste et auteur pour la radio et la télévision. Il a oeuvré pour de nombreuses émissions de variétés mais a aussi signé des scénarios inspirés des romans policiers.

C’est à compter de 1971 qu’on a pu lire «Le mot du silencieux». En quelques mots, ses aphorismes cernaient de façon précise et fine des idées et des sentiments.

Albert Brie laisse dans le deuil ses enfants dont sa fille Danielle, qui est journaliste, de même que des petits-enfants et des arrière-petits-enfants.

La famille recevra les condoléances dans un salon funéraire de Longueuil le 7 novembre prochain.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!