Andrew Vaughan Dwight Ball. Andrew Vaughan / La Presse Canadienne

ST-JEAN, T.-N.-L. – Le règne de 12 ans des progressistes-conservateurs à Terre-Neuve-et-Labrador a pris fin, lundi soir.

Les électeurs de la province ont choisi de porter au pouvoir les libéraux de Dwight Ball. Ceux-ci pourront même disposer d’une forte majorité à l’Assemblée législative, à Saint-Jean-de-Terre-Neuve.

Les libéraux ont fait élire 31 de leurs 40 candidats. M. Ball a été un des premiers candidats à être déclarés élus. Le Parti libéral a obtenu 57,2 pour cent des suffrages exprimés.

L’ancien député fédéral Gerry Byrne fera aussi son entrée à l’Assemblée législative de la province, tout comme l’ancien président de l’Association médicale canadienne, John Haggie, qui a enlevé la circonscription de Gander.

Les libéraux ont pu profiter de l’élan provoqué par la domination totale du parti frère lors des élections fédérales du 19 octobre.

Le premier ministre élu, qui a dû patienter avant de prononcer son discours de victoire, a déclaré que la population de Terre-Neuve-et-Labrador avait écrit le début d’un nouveau chapitre. Comme il l’avait dit à plusieurs reprises au cours de la campagne, il a cité M. Trudeau en disant qu’une campagne positive pouvait être un puissant instrument du changement.

D’un ton conciliant, il a évoqué la mémoire de son père en affirmant que celui-ci lui aurait conseillé de ne pas perdre son équilibre et de faire tout en son pouvoir pour aider ceux qui sont moins fortunés et ceux qui en arrachent.

Il a indiqué son intention d’établir de meilleures relations entre sa province et le gouvernement fédéral, rappelant que la présence de sept députés libéraux à la Chambre des communes l’aidera à y parvenir. Il aussi déclaré qu’il ne fallait plus avoir peur de ce qui ne pouvait pas être accompli mais que tous devaient se donner la main pour réaliser ce qui était possible de réussir.

La défaite a été décisive pour les progressistes-conservateurs. Seulement sept candidats ont été élus, dont le chef et premier ministre sortant Paul Davis. Ils devront se contenter de 30 pour cent du suffrage populaire. Quatre des sept ministres ont subi la défaite tandis que Beth Crosbie, la fille de l’ancien ministre fédéral des finances, John Crosbie, a mordu la poussière.

M. Davis n’a pas semblé trop démoralisé par l’ampleur de la défaite. Dans un discours très dynamique, il a annoncé qu’il restera à la tête du parti et que le processus «de reconstruction s’amorce maintenant». Il a promis que le parti sera prêt à affronter l’électorat en 2019 à l’occasion des prochaines élections générales.

Le NPD a réussi à faire élire deux candidates dont son ancienne leader Lorraine Michael. Le chef Earle McCurdy a subi la défaite dans St. John’s West. Ce dernier qui a prié ses partisans de «ne pas perdre la foi» ignore ce que l’avenir lui réserve pour le moment. «J’ai appris à compter jusqu’à 10. Je n’ai aucune décision à annoncer ce soir», a-t-il déclaré. Le part du suffrage obtenu par le parti s’élevait 12,1 pour cent.

Paul Davis n’a été désigné au poste de premier ministre qu’il y a 13 mois, succédant à Kathy Dunderdale

L’économie a été sans doute l’un des enjeux les plus importants de la campagne. La chute des prix du pétrole a frappé de plein fouet l’économie de la province, dont le secteur de l’énergie représentait le tiers du budget provincial en 2013. RBC estime que cette baisse des prix a fait perdre 1,5 milliard $ pour l’exercice 2015-2016.

Avec cette victoire de Dwight Ball, toutes les provinces à l’est du Manitoba seront dirigées par des gouvernements libéraux. A contrario, il n’existe plus un seul gouvernement, tant sur la scène provinciale que fédérale, dirigé par un parti dit conservateur.

Le nombre de circonscriptions dans la province a diminué depuis la dernière élection, passant de 48 à 40. À la dissolution de la chambre, les progressistes-conservateurs détenaient 28 sièges, contre 16 pour les libéraux et trois pour les néo-démocrates. Il y avait un siège vacant.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!