OTTAWA – Un nouveau groupe de formateurs militaires canadiens doit bientôt être déployé en Europe de l’Est, et le commandant sortant affirme que ses soldats ont pris beaucoup de notes en plus de donner des devoirs aux troupes ukrainiennes.

Le lieutenant-colonel Jason Guiney, qui doit bientôt compléter son affectation de cinq mois en Ukraine, affirme que même si leurs bases de formation sont à 1200 kilomètres des combats dans l’est du pays, ses troupes ont beaucoup appris sur la nature du conflit.

Il s’agit d’une réelle prise de conscience, a déclaré jeudi M. Guiney lors d’une entrevue téléphonique depuis Lviv, située dans l’ouest de l’Ukraine.

En travaillant avec les troupes ukrainiennes, ils ont eu un aperçu des méthodes des séparatistes soutenus par Moscou. Ils ont constaté comment les séparatistes ont mélangé toutes sortes de moyens comme des armes de haute technologie telles des drones, des cyberattaques, de la propagande, de la guerre traditionnelle à l’insurrection armée, le tout menant à une campagne toxique et mortelle.

M. Guiney a relevé qu’il y avait beaucoup d’équipement russe moderne sur place, notamment des véhicules blindés, et que les formateurs canadiens avaient eu l’occasion d’observer comment les Ukrainiens élaborent des méthodes pour les mettre en échec.

La vitesse et la sophistication de ce conflit qui a commencé avec l’annexion de la Crimée en mars 2014 a surpris de nombreux stratèges occidentaux, qui ont commencé à décrire ce qui se passe dans ce pays comme une guerre hybride.

Après plus d’une décennie de guérilla armée en Afghanistan, l’expérience en Ukraine a frappé l’imaginaire et «nous force à revenir à nos principes fondamentaux et à repenser nos propres doctrines», a dit M. Guiney.

La mission, qui doit se terminer en mars 2017, permet à des soldats canadiens et même à des sous-officiers de ramener cette expérience avec eux au pays.

Le premier groupe de militaires canadiens, en provenance de la base de Petawawa, en Ontario, sera graduellement remplacé par des troupes de Valcartier, au Québec.

Jusqu’à 200 formateurs canadiens enseignent aux unités militaires ukrainiennes des techniques de combat d’infanterie, les traitements médicaux à prodiguer sur les champs de bataille et des méthodes pour se débarrasser des bombes placées au bord des routes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!