MONTRÉAL – Trois étudiants de l’Université de Moncton, originaires du Burkina Faso, ont des membres de leur famille qui ont été soit blessé ou pris en otage lors de l’attentat terroriste perpétré dans la capitale Ouagadougou vendredi.

La mère de l’un de ces étudiants a été blessée par balle, mais sa vie n’est pas en danger, et deux autres ont chacun un proche qui aurait été pris en otage lors du raid, mais relâché par la suite, a confirmé lundi l’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Les trois étudiants ont demandé que leur identité, pas plus que celle des membres de leur famille, ne soit dévoilée, a indiqué Marie-Linda Lord, vice-rectrice aux affaires étudiantes et internationales de l’institution d’enseignement. Ils ne sont pas citoyens canadiens.

Elle a précisé que les étudiants sont très bien entourés par les membres de leur communauté à l’université, mais aussi par les services d’aide et des services aux étudiants internationaux de l’université.

Pour l’année scolaire en cours, l’université compte 74 étudiants du Burkina Faso, le quatrième pays d’origine en importance pour les étudiants étrangers.

L’attaque à la mitraillette survenue vendredi contre des restaurants et un hôtel du Burkina Faso a coûté la vie à 32 personnes — dont six Québécois qui effectuaient un voyage de coopération internationale. L’attentat a été revendiqué par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!