Métro

CALGARY – Le Canada devrait injecter davantage de fonds publics dans la recherche et le développement afin de rendre ses industries pétrolière et gazière moins polluantes et plus concurrentielles, estime l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans un rapport publié jeudi.

Dans ce rapport, l’agence établie à Paris estime que de tels investissements en recherche et développement permettraient de réduire l’empreinte écologique de la production et de la consommation d’énergie, de même que le coût du développement des ressources provenant de l’exploitation des sables bitumineux.

L’agence internationale souligne également que les investissements publics en recherche dans cette industrie affichent une baisse, alors qu’ils devraient justement être en hausse pour l’aider à se relever. L’essentiel des investissements publics est passé de 1,34 milliard $ pour l’exercice 2013-2014 à 941,9 millions $ en 2014-2015.

La baisse de ces investissements en recherche a été compensée, mais en partie seulement, par différentes initiatives, comme des programmes fédéraux ciblés et à court terme et des investissements en matière de stockage de carbone, note-t-on dans le rapport.

L’AIE juge toutefois que l’industrie a besoin d’une politique d’investissement stable et à plus long terme et qu’elle doit trouver des moyens de solutionner son problème de coûts élevés de production. Elle rappelle que l’industrie pétrolière et gazière rend plus difficile l’atteinte par le Canada de ses objectifs de réduction des gaz à effet de serre dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

L’agence concède toutefois que le Canada fait mieux que d’autres pays en la matière.

«Le Canada sera confronté à d’importants défis s’il veut continuer à développer ses ressources naturelles en respectant le principe du développement durable et de manière efficiente, afin de demeurer un fournisseur et un consommateur d’énergie responsable», affirme le rapport de l’AIE.

La dernière analyse en profondeur de l’industrie canadienne par l’agence internationale remontait à 2009.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!