EDMONTON – Un organisme de bienfaisance d’Edmonton venant en aide à des enfants de Nairobi, la capitale du Kenya, est involontairement devenu le bénéficiaire de la vanité du rappeur Kanye West.

Todd Lorentz, le directeur de One Child’s Village, affirme avoir commencé à recevoir des dons à la suite du lancement de la campagne «Help Kenya, not Kanye» («Aidez le Kenya, pas Kanye») par un homme de la Floride.

L’initiateur du projet, Gabriel Ferrer, a créé la campagne et le site web du même nom en raison du dégoût que lui a inspiré la récente demande d’aide financière exprimée sur Twitter par Kanye West, qui est même allé jusqu’à réclamer 1 milliard $ au fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, afin «d’offrir d’autres belles idées au monde».

Le site de M. Ferrer suggère aux personnes prêtes à débourser 700 $ pour l’un des chandails de la collection de vêtements du chanteur de plutôt donner cet argent à des organismes oeuvrant au Kenya.

Selon M. Lorentz, la somme de 700 $ pourrait permettre de nourrir les élèves de l’école gérée par One Child’s Village dans le pays africain pendant un mois.

L’organisme et son école aident les enfants touchés par le VIH et le sida.

Il a confié avoir été très surpris de découvrir que One Child’s Village, qu’il dirige depuis sa résidence à Edmonton, s’était retrouvé sur le site de Gabriel Ferrer, mais a dit qu’il était très heureux de la situation.

«Nous adorerions que notre nom soit cité plus souvent afin que les gens puissent nous connaître, mais nous n’allouons pas d’argent au marketing», a indiqué Todd Lorentz.

M. Lorentz a dit espérer que l’organisme tirerait parti de l’attention accordée à la campagne, et ce, même si elle est de courte durée.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!