Guelph University Guelph University

Une université ontarienne a répondu aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation en annonçant son intention d’embaucher cinq professeurs autochtones et d’améliorer son offre de bourses destinées aux étudiants qui s’identifient comme Autochtones.

Charlotte Yates, rectrice de l’Université de Guelph, a déclaré que cette initiative était l’une de ses priorités depuis qu’elle a pris ses fonctions au sein de l’institution, en août.

Mme Yates a souligné que les embauches et les bourses d’études ne se limiteraient pas à une faculté en particulier ni à certaines disciplines.

Elle a expliqué que l’initiative visait à combler certaines lacunes au sein du corps professoral et à constituer un bassin de chercheurs qui pourraient éventuellement remplir ces rôles.

Mme Yates estime qu’il est de la responsabilité morale des universités de répondre aux recommandations de la Commission de vérité et réconciliation. Elle a rappelé que la commission avait appelé tous les ordres de gouvernement à changer leurs politiques pour réparer les torts causés par les pensionnats autochtones.

Elle espère que les cinq postes seront comblés et que les bourses seront attribuées d’ici six à dix-huit mois.

«Tous les groupes doivent se voir représentés dans les institutions d’enseignement, a dit la rectrice. Aller dans un cours et n’être jamais représenté est difficile. C’est un peu comme quand j’étudiais au premier cycle et qu’il n’y avait qu’une femme parmi les professeurs. S’agirait-il d’une possibilité pour moi? À l’époque, ce n’était pas très clair.»

En plus des cinq postes de professeur, Mme Yates a précisé que l’université offrirait cinq bourses destinées aux étudiants autochtones des cycles supérieurs dans toutes les disciplines, deux prix de recherche au premier cycle, une bourse postdoctorale et une résidence artistique d’une durée d’un an.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!