Getty Images/iStockphoto

EDMONTON – Le syndicat qui représente les inspecteurs alimentaires du Canada dit que la plupart de ses membres sont d’avis qu’il n’y a pas assez de personnel en première ligne pour assurer que les règles destinées à protéger les consommateurs sont suivies, surtout dans les usines de transformation de la viande.

Le risque est amplifié par l’incertitude planant sur des changements planifiés au système par l’agence d’inspection des aliments, a dit Bob Kingston, le président du syndicat.

Les inspecteurs s’inquiètent qu’une maladie majeure transmise par les aliments ne soit à l’horizon et ils ont raison, a ajouté M. Kingston en dévoilant les résultats d’un sondage en ligne effectué le mois dernier auprès de 580 employés de l’agence.

Le sondage Abacus Data a été commandé par le syndicat. Il indique qu’un peu plus de la moitié de ceux qui y ont répondu estiment que les compressions de personnel affectent la sécurité alimentaire.

Le problème est plus aigu dans les usines de transformation de la viande, où sept inspecteurs sur 10 disent qu’il n’y a pas assez de personnel pour assurer que les normes soient respectées.

Environ 70 pour cent des personnes sondées craignent que le Canada doive faire face à une maladie majeure transmise par les aliments en raison des failles dans la sécurité alimentaire.

Ces résultats constituent la dernière salve de la part du syndicat dans sa bataille au sujet du manque d’employés.

M. Kingston croit qu’il est important de diffuser ce message parce qu’il y a beaucoup de confusion alors que l’agence se prépare à une refonte du système d’inspection des aliments pour la seconde fois en moins de 10 ans.

La dernière ronde de changements en 2007 a donné aux entreprises plus de responsabilités, notamment pour documenter leurs pratiques de sécurité.

Ces changements ont fait en sorte que les inspecteurs de viande passaient plus de temps à revoir les dossiers des entreprises qu’à surveiller les employés et les opérations, a-t-il dit, notant que la crise de la listériose en 2008 impliquait des viandes froides d’une usine de Maple Leaf à Toronto. La bactérie avait rendu 56 personnes malades dans sept provinces et 21 personnes étaient mortes en lien avec cette infection.

Le syndicat dit que le précédent gouvernement conservateur a sabré 56 millions $ du budget de l’agence. En campagne électorale, les libéraux ont promis d’augmenter le budget de 80 millions $ sur quatre ans.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!