REGINA – Une femme de Regina qui avait été condamnée pour le meurtre d’une fillette de quatre ans et pour avoir affamé et maltraité sa soeur plus jeune porte sa cause en appel.

Le mois dernier, un jury a condamné Tammy Goforth pour le meurtre non prémédité de la fillette et pour avoir causé illégalement des lésions corporelles.

Elle a écopé automatiquement d’une peine de prison à vie et un juge a tranché qu’elle ne pourrait pas accéder à la libération conditionnelle avant au moins 17 ans.

Goforth porte en appel ses condamnations et sa peine.

Le mari de Tammy Goforth, Kevin Goforth, a également été reconnu coupable d’homicide involontaire et d’avoir causé illégalement des lésions corporelles. Il a reçu une peine de 15 ans de prison.

Selon ce qui a été dit en cour, les jeunes soeurs, qui étaient sous la garde des Goforth, souffraient de malnutrition et étaient déshydratées lorsqu’elles sont arrivées à l’hôpital en 2012. Les fillettes, qui ne peuvent être identifiées en raison d’un interdit de publication, étaient arrivées à la maison du couple en novembre 2011.

La plus jeune des filles, âgée de deux ans, a survécu, mais sa soeur de quatre ans est morte d’un traumatisme crânien après avoir subi un arrêt cardiaque.

La défense plaidait que les fillettes étaient tombées malades et qu’elles avaient perdu du poids, mais elles n’auraient pas été malnutries. Les jurés ont également pu entendre que le couple avait organisé des fêtes d’anniversaire aux filles et qu’elles avaient pu profiter de sorties au parc, au musée et à l’église.

La Couronne disait plutôt que les fillettes dépérissaient et qu’elles étaient gardées dans des conditions de vie déplorables.

Les policiers ont découvert des cheveux collés sur du ruban adhésif en toile ainsi que du tissu et du carton taché de sang et d’excréments dans la chambre des fillettes.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!