Adrian Wyld/La Presse Canadienne Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau.

OTTAWA – Le ministre des Finances, Bill Morneau, a affirmé que le gouvernement fédéral n’allait pas élargir la bonification des prestations d’assurance-emploi à d’autres régions du pays, même celles qui seraient sur le point de répondre aux critères pour de l’aide additionnelle.

Ottawa a accordé des prestations élargies à 15 régions économiques du pays, dont trois — celles d’Edmonton, du sud de la Saskatchewan et du sud de la Colombie-Britannique, grandement affectées par les faibles prix du pétrole — qui avaient été ajoutées le 13 mai.

Au moins deux autres régions, Yellowknife et Thunder Bay, pourraient répondre aux critères le mois prochain, à moins que leurs taux de chômage ne retraitent significativement.

M. Morneau a affirmé devant le comité des finances de la Chambre des communes que le gouvernement n’ajouterait toutefois pas d’autres régions aux articles de son projet de loi de mise en oeuvre du budget sur la bonification des prestations d’assurance-emploi. Il a fait valoir que les régions que le gouvernement avait choisi d’aider étaient celles qui «avaient connu les changements les plus importants sur le plan du chômage».

Le budget fédéral du mois de mars avait prévu 582 millions $ sur les deux prochaines années pour ajouter cinq semaines de prestations régulières pour les travailleurs des régions concernées, à partir de juillet mais avec une rétroactivité à janvier 2015. Les travailleurs de longue date pourraient aussi se voir offrir 20 semaines supplémentaires, pour un total de 70 semaines.

M. Morneau a fait valoir que d’autres mesures budgétaires, telles que la réduction des périodes d’attente pour recevoir des prestations de deux semaines à une semaine, de l’argent additionnel pour la formation, des changements aux taux d’imposition et une allocation mensuelle pour enfants plus généreuse, aideraient des gens dans d’autres régions durement frappées économiquement.

Concernant l’allocation canadienne mensuelle pour enfants, les conservateurs ont soulevé des craintes sur l’impact de la nouvelle formule sur le calcul par les parents divorcés des pensions alimentaires.

M. Morneau a souligné devant le comité que les paiements étaient non imposables et qu’ils remplaçaient deux allocations existantes, signifiant que la modification n’était pas majeure et ne devrait pas avoir d’impact sur le calcul des pensions alimentaires.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!