EDMONTON – Les pompiers sud-africains qui se sont joints au combat contre l’incendie de forêt de Fort McMurray recevront chaque sou qu’il leur a été promis, a déclaré la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, jeudi.

Mme Notley a assuré que chaque heure travaillée par ces pompiers serait payée conformément aux lois de la province.

Plus tôt jeudi, le groupe ayant embauché les 300 travailleurs avait annoncé que ces derniers avaient décidé de retourner en Afrique du Sud une semaine après leur arrivée au Canada en raison d’une dispute au sujet de leur salaire.

L’organisation Working on Fire a indiqué que des hauts dirigeants avaient été dépêchés en sol canadien afin de se pencher sur les plaintes et superviser le retour des pompiers.

La première ministre albertaine a affirmé que la province avait conclu une entente avec le groupe selon laquelle les pompiers sud-africains devaient recevoir environ 170 $ par jour, soit un salaire horaire de 21,25 $ pour un quart de huit heures. La nourriture, l’hébergement et les frais de déplacement devaient aussi être couverts par le gouvernement.

En entrevue avec une station de radio d’Edmonton, le pompier Ditiro Moseki a raconté qu’il travaillait 12 heures quotidiennement et qu’il touchait 50 $ par jour. Il a ajouté que ses collègues et lui-même avaient lu un article d’une publication sud-africaine disant que l’employeur les paierait 21 $ l’heure.

Working on Fire a soutenu qu’elle n’avait jamais consenti à verser 21 $ l’heure à qui que ce soit.

Dans un communiqué, elle a précisé que l’accord prévoyait que les pompiers gagneraient leur salaire habituel en plus des heures supplémentaires. Ils devaient également recevoir 50 $ par jour de plus, en deux paiements distincts: 15 $ pendant leur séjour au Canada et 35 $ à leur retour à la maison.

«Ils sont allés dans les médias et ont dit qu’ils allaient nous payer 21 $ l’heure, a raconté M. Moseki, mercredi. Comparer les 21 $ l’heure aux 50 $ qu’ils vont nous donner aujourd’hui, il y a une grande différence.»

«Ce fut discuté avec les pompiers avant leur départ pour le Canada et tout le monde a signé cette entente», a pour sa part assuré l’organisation dans son communiqué, jeudi.

Le porte-parole Linton Rensburg a ajouté, dans un courriel à La Presse Canadienne, que le salaire habituel de ces pompiers variait entre 200 $ et 1200 $ CAN par mois, selon le rang.

Rachel Notley a indiqué que son gouvernement enquêtait sur cette affaire.

«L’Alberta a signé un contrat conçu de manière à faciliter le versement d’un salaire minimum à ces pompiers, a-t-elle révélé. Nous avons été troublés d’apprendre très récemment que cela n’avait pas été transmis aux pompiers. Même si la dispute concerne les pompiers et leur agence, il n’est pas acceptable pour mon gouvernement et moi que des gens travaillent dans notre province pour un salaire qui n’est pas conforme à nos lois sur le travail.»

L’arrivée des pompiers sud-africains en Alberta n’était pas passée inaperçue, le 29 mai. Les pompiers avaient chanté et dansé à l’aéroport d’Edmonton pour exprimer leur joie de pouvoir donner un coup de main.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!