Archives de la Presse canadienne

MONTRÉAL – Alors que le premier ministre Philippe Couillard a précisé jeudi que son gouvernement allait «probablement» suivre l’exemple de l’Ontario et interdire les chiens pitbulls, la Ville de Québec a annoncé qu’elle les interdira à compter du 1er janvier prochain.

«On va regarder très, très attentivement ce que l’Ontario a fait. Il y a une norme provinciale en Ontario. Je pense qu’on est mûr pour avoir une norme provinciale au Québec, qui pourrait inclure théoriquement, possible, le bannissement de l’espèce», a d’abord affirmé le premier ministre.

Il a aussi indiqué qu’il voulait prendre l’été et le début de l’automne pour réfléchir à la question, en compagnie des municipalités, qui peuvent aussi légiférer en la matière — comme certaines l’ont déjà fait.

Le premier ministre Couillard a aussi souligné qu’il ne servirait à rien d’interdire les pitbulls, par exemple, puis de devoir intervenir de nouveau, peu après, pour interdire une autre espèce de chien jugée dangereuse.

«Je veux qu’on regarde tous les éléments. Par exemple, si on fait ça pour une espèce, est-ce que trois mois plus tard, on va avoir un cas avec une autre espèce également potentiellement agressive? Quelles sont les méthodes qui ont été utilisées? Quels sont les résultats qui ont été obtenus?» a lancé M. Couillard.

Il a répété que son intervention viserait d’abord et avant tout à assurer la sécurité du public. «Je comprends la préoccupation des gens. Moi, j’ai été horrifié par cette attaque dont a été victime malheureusement la dame, il y a quelques jours», a dit le premier ministre.

La femme en question a été agressée dans la cour arrière de sa résidence de Pointe-aux-Trembles, sur l’île de Montréal, le 8 juin dernier. Et mercredi, un autre pitbull a agressé et blessé une femme.

Encore jeudi, le maire de Québec, Régis Labeaume, a fait savoir qu’à compter du 1er janvier prochain, «il sera interdit à toute personne de garder ou d’avoir en sa possession ce type de chien» pitbull.

Les propriétaires de pitbulls ont un délai de six mois pour respecter la réglementation et se départir de leur chien, précise-t-on par voie de communiqué.

«Nous bannissons les pitbulls parce que ce sont des chiens particulièrement agressifs et imprévisibles, reconnus pour infliger des blessures graves», a commenté le maire, par voie de communiqué.

La modification au règlement sur les animaux domestiques qui a été adoptée à Québec prévoit des amendes allant de 150 $ à 1000 $ pour une première offense, puis de 300 $ à 2000 $ pour une deuxième offense.

Mardi dernier également, la Ville de Brossard a aussi décidé de légiférer en la matière.

Le premier ministre a fait ces commentaires dans le cadre d’une rencontre avec la presse, après qu’il eut rencontré son homologue de la Saskatchewan, Brad Wall.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!