OTTAWA – La Cour suprême du Canada devrait faire savoir jeudi si elle accepte d’entendre les arguments de Dennis Oland qui demande à être remis en liberté pendant qu’il en appelle du verdict de meurtre non prémédité prononcé à son endroit.

Les avocats de Dennis Oland avaient demandé au plus haut tribunal une décision rapide sur sa demande de remise en liberté après qu’il eut été trouvé coupable du meurtre non prémédité de son père, l’homme d’affaires Richard Oland.

La Cour d’appel du Nouveau-Brunswick avait rejeté cette demande en février dernier. Les tribunaux néo-brunswickois n’ont jamais accordé de libération conditionnelle à un accusé reconnu coupable de meurtre.

Dans leur demande à la Cour suprême, les avocats d’Oland reprochent à l’instance précédente d’avoir imposé des standards élevés qui sont en porte-à-faux avec des causes similaires ailleurs au Canada.

L’ex-conseiller financier avait écopé d’une sentence d’emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération avant 10 ans, plus tôt cette année, après que son père eut été trouvé mort dans ses bureaux de Saint-Jean en juillet 2011.

Dennis Oland en appelle du verdict et demande d’être remis en liberté en attendant l’audition de l’appel qui doit avoir lieu à compter du 18 octobre.

L’affaire avait fait grand bruit et monopolisé l’attention, la famille Oland, fondatrice des brasseries Moosehead, étant très en vue au Nouveau-Brunswick.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!