Depuis 15 ans, la maison de production française Autour de minuit permet à des courts métrages d’animation d’exception de voir le jour, de faire le tour des festivals et de rafler les prix les plus convoités. Mardi soir, le Centre Phi présente une sélection de films qui reflètent l’esprit de la boîte parisienne.

Fondée en 2001 par l’ancien critique de cinéma Nicolas Schmerkin, Autour de minuit s’illustre depuis sa création par ses productions expérimentales, originales, qui trouvent de nouvelles façons de raconter des histoires. Mais l’étoile de la maison de prod a brillé particulièrement fort en 2010 lorsqu’un de ses bébés, Logorama, réalisé par François Alaux, Hervé de Crecy et Ludovic Houplain, est reparti avec l’Oscar du Meilleur court métrage animé.

Faisant partie de la sélection présentée ce soir à Montréal, cette œuvre impressionnante nous plonge dans un Los Angeles envahi de logos (3 000 ont été utilisés par les animateurs, puis détournés pour être transformés en personnages, en bâtiments, en moyens de transport). Ainsi, un bonhomme Pringles drague une demoiselle Esso,
et un M. Net dirige, dans les dédales du zoo de L.A., un tour guidé que suivent des messieurs-dames Bic et des enfants Haribo vraiment ennuyés.

À l’instar de ce grand succès de la maison qu’a été Logorama – présenté, entre autres, à la Semaine de la Critique à Cannes –, les films produits par Autour de minuit font le tour des festivals. Comme Love, poétique, esthétique et atmosphérique création signée par la cinéaste Reka Bucsi, qui a été projetée à la dernière Berlinale. Divisée en trois chapitres (Longing, Love, Solitude), cette œuvre sans dialogues propose de sonder l’état amoureux. Très beau.

Expérimentations et humour
Fréquemment qualifié de «visionnaire», Nicolas Schmerkin propose souvent des œuvres expérimentales, comme Peripheria, réalisé et coscénarisé par David Coquard-Dassault qui nous plonge dans une ville abandonnée, aux immeubles délabrés et couverts de graffitis, où des chiens lapent des flaques d’eau, jappent, jouent avec un ballon.

D’autres productions de Autour de minuit baignent quant à elles dans des eaux comiques, comme les deux courts animés colorés et délirants (qui font partie de la sélection montréalaise) des Belges Vincent Patar et Stéphane Aubier. À savoir La rentrée des classes et Le bruit du gris, mettant en vedette un trio de figurines composé du Cow-boy, de l’Indien et du Cheval. Dans le premier, les amis Cow-boy et Indien se préparent à partir en croisière, mais sont brusquement freinés dans leur élan par Cheval, qui leur rappelle que «c’est le 1er septembre» et, incidemment, la rentrée scolaire. Donc, plutôt que de faire leurs bagages, ils doivent attraper leur cartable et se rendre à l’école.

Autre film à la veine humoristique présenté ce soir? Crabe Phare, du collectif formé de Gaëtan Borde, Benjamin Lebourgeois, Claire Vandermeersh, Alexandre Veaux et Mengjing Yang. Ce conte, introduit par une narration en anglais livrée avec un accent volontairement franchouillard, nous propose de découvrir «ze légend of ze crabe du phare, a légendary prédator, an evil monsteur, an infernal crustatian»!

Très chouette soirée en perspective.

Autour de minuit – 15 ans de cinéma d’animation
Au Centre Phi
Mardi à 19 h 30

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!