Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Lisa LeBlanc, Plume Latraverse et Ivy.

Nouveau départ
Lisa LeBlanc
Why You Wanna Leave, Runaway Queen?
Note:

Depuis son EP, on savait que la Lisa LeBlanc version anglaise nous plaisait beaucoup, et ça se poursuit avec son second album, fait de rock bien lourd (dont une reprise au banjo de Ace of Spades), de rugissements et d’histoire de ruptures, de fuites et de départs. L’énergique Acadienne y offre des pièces aux arrangements plus diversifiés et plus léchés que sur son premier disque : le petit côté hawaïen de Dump the Guy ASAP ne nous déplaît pas, ni l’humour féroce qui teinte les textes. – Jessica  Émond-Ferrat

Du bon plume
Plume Latraverse
Rechut! (Odes de ma tanière)
Note:

De son propre aveu, il pensait être guéri, mais non, la chanson est revenue le chercher, et Plume Latraverse n’a eu d’autre choix que de sortir un nouvel album, Rechut! (Odes de ma tanière). Notre troubadour pas propre national nous offre ce qu’il fait de mieux, de bonnes mélodies qui appuient sa poésie bien à lui : «Avec cette scoliose pittoresque… qui r’tient vot’ fond d’culotte tout trempe / et cette arthrose rocambolesque qui vous donne l’air d’une double crampe.» Du Plume, c’est pas mal ça, pis c’est bon. – Mathieu Horth Gagné

Jongleur de mots
Ivy
S’armer de patience
Note:

Ce troisième album d’Ivy s’inscrit dans la continuité de son œuvre. Encore une fois, le slameur nous épate avec son maniement de la langue et sa façon de jongler avec les mots. À chaque écoute, on découvre de nouvelles significations, on entend de nouvelles rimes. Le poète-chanteur partage sa plume engagée et acérée avec quelques artistes, dont Raoûl Duguay, qui turlute sur la très réussie Québecœur, véritable hymne aux régions du Québec. Le trio jazz Misc enrobe quant à lui les mots d’Ivy avec brio. – Audrey Lavoie

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus