Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Bruno Mars, Galant, tu perds ton temps, The Brooks et Tocadéo.

Un petit tour
Bruno Mars
24K Magic
Note:

Quand il est question de tubes funk-accrocheurs ou d’ambiances foyer-chandelles-câlin, Bruno Mars n’a pas son pareil. Il le confirme sur cet album où, durant la douce Versace On the Floor, il déleste une demoiselle de la robe de ladite marque, qui aboutit sur ledit floor. Oooooh. Bruno. Néanmoins, si on s’attarde trop longuement aux textes, ce n’est pas que la robe qui tombe. Tristement, BM enfreint la règle numéro 1 du parolier, qui consiste à ne surtout pas parler de Twitter dans une chanson. Il semble aussi s’être découvert une passion pour l’immobilier, se vantant de son «condo à Manhattan» et saluant «les filles qui arrivent à payer leur loyer à temps». C’est qu’il a des standards, le monsieur. Malgré tout, on lui pardonne. Parce qu’il y a la voix, les rythmes, l’attitude. Mars-magie.

– Natalia Wysocka

Folklorique
Galant, tu perds ton temps
Nous irons danser
Note:

Aviez-vous déjà remarqué que les chansons folkloriques de femmes (c’est-à-dire où le narrateur ou le sujet est une femme) étaient plus souvent qu’autrement chantées par des hommes? Le groupe féminin a capella a remédié à la situation avec cet album, où quelques incontournables de la chanson traditionnelle québécoise sont revisités purement et simplement avec leurs voix. Les cinq chanteuses ne sont accompagnées que par quelques percussions. Même si elles ont de jolies voix qui se marient à la perfection, l’album manque un peu de punch. On aurait voulu qu’il nous donne envie de danser, mais on se contentera de taper du pied.

– Virginie Landry

Inégal
The Brooks
Pain & Bliss
Note:

L’hiver, le froid, le gris : ça donne envie de groove, de funk et de soul, n’est-ce pas? The Brooks à la rescousse. Ce deuxième album est jazzy à souhait. Les huit musiciens chevronnés font une musique très authentique où on chante la funklife, la funky life, la funkyshit, le funk-a-lude. La seule chose qui dérange (et dérange est un mot fort), c’est que les chansons sont entrecoupées de courts interludes variant de 7 à 25 secondes. On se demande si notre album n’est pas brisé, puisque ça ressemble plus à un saut de disque qu’à un très court jam.

– Virginie Landry

Pépères Noël
Tocadéo
Meilleurs voeux
Note:

Après avoir vendu 25 000 exemplaires de son premier album de Noël, le quatuor vocal des beaux quarantenaires récidive cette année. Pour le critique musical, Tocadéo, c’est un peu le cauchemar. Pas suffisamment mauvais pour chialer.  Pas suffisamment bon pour s’extasier. Bref, Tocadéo, c’est un peu comme un troisième trio au hockey : ça fait la job, mais ça figure rarement dans les trois étoiles du match. Allez, on va refiler le disque à la belle-mère; de toute façon, c’est elle, la cliente cible.

– Mathias Marchal

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!