Collaboration spéciale Patriots Day est présentement en salle.

L’acteur américain Mark Wahlberg a eu des inquiétudes quand on lui a proposé de jouer dans Patriots Day, un film sur l’attentat perpétré au marathon de Boston en 2013 et sur la chasse à l’homme qui s’en est suivie.

«Le projet n’a pas été très bien reçu dans les médias locaux, a indiqué Wahlberg en entrevue avec Métro. Beaucoup de gens disaient qu’il était encore trop tôt, tandis que d’autres craignaient que ça ne soit pas suffisamment respectueux.»

«Je ne savais pas si la communauté de Boston partageait ces sentiments, a-t-il ajouté. Je suis retourné chez moi [l’acteur est originaire de Boston] et j’ai fait part de nos intentions aux gens. Après cela, nous avons eu le soutien local. Les gens voulaient seulement être sûrs que le film soit entre de bonnes mains et que nous soyons imputables.»

Patriots Day (Le jour des patriotes) réunit Wahlberg et le réalisateur Peter Berg, qui l’a dirigé dans Lone Survivor et Deepwater Horizon. On y suit Tommy Sanders (campé par Wahlberg), un policier qui met l’épaule à la roue immédiatement après l’attaque et qui prend part à la recherche des terroristes. Le long métrage n’est toutefois pas le seul à sortir cette année qui traite de la tragédie. Stronger, un film plus sombre qui met en vedette Jake Gyllenhaal dans le rôle d’un survivant qui a perdu une jambe dans l’attentat, sera en salle un peu plus tard en 2017.

Le fait qu’autant de films soient produits sur l’attentat survenu dans sa ville natale – un troisième projet avait aussi été envisagé – a poussé Wahlberg à s’impliquer. «S’ils allaient le faire de toute façon, j’ai senti que je devais m’impliquer, a-t-il dit. Je sais comment m’y prendre et m’assurer que ce soit fait dans le respect. Dans les mains de la mauvaise personne, ça aurait pu ressembler à de l’exploitation d’une tragédie.»

«Étant de Boston, je sais comment les gens de toutes les sphères de la société ont réagi. Comment ils ont été solidaires et comment ils ont affronté le problème», a-t-il renchéri.

Selon Wahlberg, le film porte moins sur la tragédie que sur l’espoir et l’unité qui en a découlé. L’acteur ne croit pas non plus que Patriots Day ne soit qu’une histoire destinée à Boston.

«Ce sont des choses qui se produisent partout dans le monde» a-t-il dit, faisant référence à des endroits comme Nice, San Bernardino et Newton, qui ont tous souffert d’attaques du même genre. «Nous voulons lancer un message d’amour, d’espoir, de force et de résilience. En dépit de ces actes lâches de terrorisme, nous demeurerons solidaires.»

Retour à la maison

Patriots Day a donné la chance à Mark Wahlberg de revenir dans la ville qui l’a vu grandir, quelque chose qui arrive assez souvent à l’acteur, qui a aussi pris part à des projets comme The Departed et Ted.

«J’y étais il y a peu de temps. J’ai amené mes fils à une partie de football, a-t-il raconté. J’essaie d’y retourner le plus souvent possible, mais c’est difficile, car je vis à Los Angeles, où mes enfants vont à l’école. J’essaie de visiter Boston au moins deux fois par année. Je suis également chanceux de pouvoir y revenir grâce à travail.»

Pour ce qui est de l’accent, Wahlberg n’a pas de difficulté à retrouver les particularités de langage propres à sa ville natale. «Il revient très rapidement, a-t-il expliqué. C’est plus difficile de s’en débarrasser par la suite.»

 

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!