Cindy Frey / Collaboration Spéciale Mastodon

Le groupe prog-métal Mastodon vient présenter The Hunter à Montréal. Le batteur Brann Dailor nous en donne un avant-goût.

Après trois disques-concept d’affilée, les gars de Mastodon avaient besoin de changement. «On était tannés de travailler si fort sur des concepts dont tout le monde se foutait», lance à la blague le batteur de la formation, Brann Dailor. C’est pourquoi The Hunter, cinquième album studio du quatuor prog-métal d’Atlanta, paru en septembre dernier sous étiquette Reprise, lui a semblé «vraiment très libérateur».

Ce disque, que le groupe présentera ce vendredi soir au Métropolis, a été produit par Mike Elizondo (Eminem, 50 Cents), mais il porte néanmoins la signature de Mastodon. «Mike a une main très légère. Il a réussi à tirer le meilleur de nous et nous a encouragés. Ce n’est pas que nous avons tendance à procrastiner, mais bon, quand on est en studio toute la journée…»

Batteur hors pair, Brann Dailor place son oncle en tête des musiciens qui l’ont le plus inspiré. «J’avais deux ans et je ne connaissais rien à la musique. Je le voyais jouer de la batterie et je trouvais ça génial, se souvient-il. Moi aussi je voulais taper sur des affaires! Quand j’ai grandi, je me suis tourné vers Phil Collins, Lars Ulrich, Nicko McBrain, Mikkey Dee. Encore plus vieux, j’ai commencé à m’intéresser et à essayer d’imiter les musiciens jazz, comme Tony Williams.»

Depuis deux disques, Brann ne fait pas que jouer, il chante aussi en studio. «Ce n’est pas facile, jouer de la batterie et chanter en même temps, lance-t-il, pince-sans-rire. Je dirais que je suis un chanteur médiocre quand je me concentre sur la batterie et que je suis un batteur médiocre quand je me concentre sur ma voix.» Pour ce qui est des deux nominations aux Grammy que le groupe a récoltées au cours de sa carrière, Brann se montre tout aussi marrant. «Ça nous a donné une belle occasion d’enfiler nos habits, de nous retrouver à côté de vraies célébrités et d’observer comment elles se comportent. Après tout, elles sont tellement meilleures que nous tous.»

Mastodon
Avec Opeth au Métropolis
Vendredi à 20 h

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!