Chantal Lévesque/Collaboration spéciale Tabarnak, du Cirque Alphonse

Le festival Montréal Complètement Cirque (MCC) revient à partir de jeudi et jusqu’au 16 juillet pour sa 8e édition. Entre acrobaties et cabaret, entre chapiteau traditionnel et rues de Montréal, le festival garde pour seul thème le partage avec le public.

MCC, apparu en 2010 dans la vie culturelle de Montréal, s’est peu à peu imposé comme un rendez-vous estival. «C’est un jeune festival comparé aux autres qui existent depuis 30 ans ou plus, explique Nadine Marchand, directrice de Montréal Complètement Cirque. Il a pris progressivement sa place dans la vie de Montréal, malgré un foisonnement culturel.» La volonté du festival de rajeunir et dynamiser l’image du cirque traditionnel et d’être accessible à tous permet en grande partie ce succès.

Pour l’ouverture de ce festival, le Cirque Alfonse est mise à l’honneur avec la présentation de son nouveau spectacle Tabarnak, une sorte de «fresque musicale aux allures de show rock» revisitant la culture autour de l’église au Québec.

Dès le 10 juillet, les spectateurs pourront se plonger dans l’ambiance cabaret avec le spectacle Vice et Vertu, de la compagnie Les 7 doigts. Un spectacle immersif pour les 18 ans et plus en collaboration avec le Centre d’histoire de Montréal, qui utilisent notamment des personnages historiques pour faire revivre le cabaret à l’intérieur comme à l’extérieur. Il sera aussi possible d’admirer les qualités physiques des acrobates de la compagnie XY, avec leur spectacle Il n’est pas encore minuit.

Le cirque, c’est aussi et surtout la proximité, le partage avec le public. « Le cirque de l’aventure n’a pas de barrière de langage, ce qui permet de le faire découvrir plus facilement», ajoute la directrice du festival. C’est pourquoi la majorité des spectacles se feront gratuitement à l’extérieur, notamment avec le Déambulatoire et ses 35 acrobates, ou encore la compagnie Gamelin et son thème Rouge.

Aventure familiale

Métro a rencontré Antoine Carabinier, directeur artistique du Cirque Alfonse, avec son nouveau spectacle Tabarnak.

Les troupes de cirque sont souvent une affaire de famille, comment l’expliquez-vous?
Cela fait bientôt 11 ans que la compagnie a été créée, tout à fait à l’inverse d’un cirque traditionnel. Ce ne sont pas les parents qui ont inspiré les enfants, mais l’inverse. J’ai commencé le cirque quand j’avais 15 ans, et on a fait notre premier spectacle pour l’anniversaire de mon père, à ses 60 ans. Depuis, on répète toujours nos spectacles dans la grange de nos parents.

Quel est le thème de ce spectacle?
C’est inspiré de l’Église au Québec comme un rassemblement social qui, aujourd’hui est certes moins important qu’avant, mais qui perdure tout de même. C’est un spectacle rassembleur avec principalement des numéros en groupes. Ça sera un spectacle épuré, simple, et traditionnel sur le folklore québécois. La musique est aussi très importante, on aura d’ailleurs trois musiciens live. C’est un spectacle global

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!