Alliance Vivafilm Melvil Poupaud et Suzanne Clement

PARIS – Malgré une couverture médiatique énorme et une critique unanimement enthousiaste, Laurence Anyways, de Xavier Dolan, connaît en France une petite sortie estivale qui ne laisse guère d’espoir sur ses chances de succès.

Le film a pris l’affiche mercredi dans seulement 53 salles, comparativement à 95 pour «Les amours imaginaires» (134 000 entrées). Cela ne manque pas d’étonner compte tenu de l’engouement des médias français pour le jeune «prodige» québécois et de l’intérêt suscité par son troisième long métrage, présenté, comme les deux précédents, au Festival de Cannes, dans la section Un certain regard.

MK2 a coproduit et distribue ce film de 9 millions de dollars, le plus cher et le plus ambitieux du réalisateur québécois. On a du mal à comprendre son choix de le sortir au beau milieu des vacances de juillet, ce qui revient à le condamner à l’échec ou presque. La rumeur l’explique en évoquant une mésentente entre MK2 et le jeune et intransigeant Dolan, notamment autour de la durée du film (2h40).

Résultat: Laurence Anyways, après la fatidique séance de 14 heures, avait fait 439 entrées dans les 13 salles parisiennes où il a pris l’affiche (pour une moyenne de 33 spectateurs), un démarrage sans éclat.

Pourtant, dans la presse, qui en avait déjà largement parlé lors du Festival de Cannes, le film jouit d’une couverture énorme, inversement proportionnelle à la taille de cette sortie. Xavier Dolan a ainsi eu droit à une pleine page dans Le Monde, à un portrait dans Le Nouvel Observateur et même au prestigieux portrait présenté chaque jour en quatrième de couverture de Libération.

La critique se montre toujours aussi flatteuse dans l’ensemble de la presse de référence, même la plus pointue, comme les Cahiers du cinéma, ou la plus branchée, comme le magazine Les Inrockuptibles, qui parle d’une «fresque émouvante et intime sur les chassés-croisés d’un couple en pleine mutation».

«La force de Xavier Dolan, c’est qu’il n’a peur de rien», a lancé de son côté le magazine culturel Télérama. «C’est brillant, moderne, bouleversant. D’une insolente beauté», a renchéri Le Nouvel Observateur.

«C’est exacerbé, parfois fastidieux, mais c’est toujours magnifique et interprété avec les tripes. Xavier Dolan est un petit arrogant, donc, mais il sait tenir une caméra et raconter une histoire d’amour. Après tout, on ne lui en demande pas plus», s’est enthousiasmé L’Express.

La seule note discordante dans ce concert de louanges est venue du Figaro, qui démolit cette «bouillie indigeste». «Comme tout cela est balourd, complaisant», a déploré le quotidien.

Le premier long métrage de Xavier Dolan, J’ai tué ma mère, avait fait en France 50 000 entrées.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!