Jake Gyllenhaal et Jeff Bauman, survivant
du double attentat au marathon de Boston, racontent la conception
de Stronger, qui sort en DVD cette semaine.

La journée a été longue pour Jake Gyllenhaal et Jeff 
Bauman. Les deux hommes enchaînent entrevue sur entrevue au sujet de Stronger. Ce long métrage réalisé par David Gordon Green raconte la convalescene du joggeur qui a perdu les deux jambes lors du double attentat du marathon de Boston.

Même si Jake Gyllenhaal, qui incarne Jeff Bauman, est un habitué des caméras, il est encore anxieux à l’idée de se retrouver sous les projecteurs. Son collègue, lui, confie que la parade des médias le met assez mal à l’aise. Mais vous seriez incapable de le devenir tellement l’homme est charmant, souriant. Et ses échanges avec l’acteur qui l’incarne sont d’une folle vivacité.

«Jeff a toujours été celui qu’il est, dit Gyllenhaal, pince-sans-rire. Si les gens l’avaient aimé seulement pour ses jambes, il serait vraiment dans le pétrin.»

Les deux copains ont clairement noué une solide amitié au fil des ans, se taquinant sans arrêt pendant notre entretien. Mais cette amitié va bien au-delà des gags et des railleries. Ils se sont aussi transmis de précieuses leçons de vie.

Jake Gyllenhaal, par exemple, dit qu’une des choses les plus importantes que son collègue lui ait apprises, c’est la résilience. «Nous avons tous vécu des moments sombres où nous nous sommes dit : “Je n’ai plus envie de faire un pas de plus. Je n’en ai plus envie.” Mais l’histoire de Jeff nous dit que nous pouvons le faire, ce pas, que nous avons la force de le faire.»

Et quelle force cet acteur américain qu’on a souvent vu chez Denis Villeneuve a-t-il pour sa part insufflée au survivant? Celle de ne pas être aussi critique envers lui-même.

Après avoir aidé le FBI à identifier un des attaquants tout en traversant un des moments les plus traumatisants de sa vie, Bauman a été sacré «héros». Particulièrement à Boston.

Malheureusement, cet honneur vient avec une attention constante, tant des médias que du public. Tout cela n’a pas vraiment laissé à Bauman le temps de souffler depuis qu’il est apparu sur cette célèbre photo le montrant, blessé, aux côté de Carlos Arredondo. Ce militant pour la paix se trouvait dans la foule en ce jour fatidique du 15 avril 2013 et a secouru plusieurs victimes.

Comme le film le démontre, même si sa communauté tentait de le couvrir de louanges (notamment lorsqu’il a brandi un drapeau américain lors d’un match des Bruins), ces marques d’attention ont toujours rendu Jeff Bauman extrêmement anxieux. Il ne s’est jamais senti digne d’être considéré comme un héros. Il ne se sent toujours pas digne de l’être. «À mes yeux, plusieurs héros existent, énumère-t-il. Les premiers répondants, la police, mes proches. Je déteste qu’on me mette sur un piédestal. Il y a beaucoup de gens plus courageux que moi dans le monde, beaucoup de personnes fabuleuses.»

Nous arguerons toutefois que Bauman mérite vraiment les honneurs qu’il refuse d’accepter, ne serait-ce que pour la façon dont il a fait face aux conspirationnistes qui affirmaient que les attentats de 2013… n’ont jamais eu lieu.

Aujourd’hui, il espère que le film aidera ces théoriciens du complot à voir plus clair. «Je pense qu’au fin fond d’eux-mêmes, ils ont peur. Ils ne croient plus en leurs valeurs. Leur monde a été chamboulé. J’espère que le film les poussera à accepter que c’est vraiment arrivé à des gens qui ont existé.»

Faiblesses et vulnérabilité
Si Stronger démontre toute la force de Jeff Bauman, il y est également question de ses faiblesses et de sa vulnérabilité. À l’écran, le natif du Massachusetts est attentionné. Il aime s’amuser. Mais il se montre également téméraire et puéril par moments. Il a de la difficulté avec sa paternité. Il peine à être présent pour son amoureuse d’alors, Erin Hurley, jouée par Tatiana Maslany. Il est également hanté par le souvenir de cette tragique journée d’avril.

Se voir ainsi dépeint, avec tant de détails – et tous ses défauts –, a été une expérience transformatrice pour Jeff Bauman. Le film lui a notamment permis de prendre conscience à quel point il aurait dû se concentrer sur sa santé mentale durant son rétablissement. «Après avoir vu le film, je peux repenser au passé et l’affronter. Je sais désormais que j’ai pris de très mauvaises décisions. J’aurais dû prendre soin de moi. J’aurais dû me concentrer sur le rétablissement de ma santé tant psychologique que physique. J’aurais dû travailler aussi fort sur ma tête que je l’ai fait pour mon corps.»

À ces mots, Jake Gyllenhaal note qu’à son avis, Jeff est ressorti grandi de l’expérience de s’être vu à l’écran. «Ça lui a permis de se voir, de se comprendre, de cheminer. Il y a un an que nous avons terminé le film. Jeff a grandi de façon exponentielle depuis que je l’ai rencontré. Et cette transformation est au cœur de la démarche.»

Stronger
Désormais disponible 
en DVD et sur les 
plateformes numériques

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!